Une pause "livres" obligatoire : la bonne idée d'un collège français

Une pause lecture obligatoire dans un collège français
2 photos
Lancer le diaporama
A Banon, petit village des Alpes-de-Haute-Provence, tous les élèves et les profs s'accordent un petit quart d'heure de lecture quotidiennement. Une expérience littéraire qui semble ravir tout le monde.
A lire aussi

Depuis la dernière rentrée scolaire, une petite nouveauté est au programme du collège de Banon, village perché dans les Alpes-de-Haute-Provence. Après la pause déjeuner, entre 13 h 40 à 14 h 05, tout le monde bouquine en silence le livre de son choix - excepté les livres scolaires et les journaux.

Et contrairement à ce que pensait la directrice au départ en instaurant ce rendez-vous quotidien, les élèves, les profs et le personnel scolaire semblent y avoir pris goût comme elle le révèle à France 3, venu effectuer un reportage sur cette expérience littéraire inédite : "On s'est dit : 'ça va marcher trois fois, quatre fois...' Et ça fait des mois que ça dure !"

Il faut dire que cette mesure était osée : "C'est une injonction de demander aux gens de lire chaque jour à la même heure". Mais au final, cette petite vingtaine de minutes silencieuse où le livre est roi est devenu un agréable rituel apprécié de tous.

France 3 a réalisé un reportage sur ce collège de lecteurs

Ainsi, comme le confie Léa, une élève du collège, "cela me permet de lire plus souvent et du coup, je peux terminer des livres plus vite".

Lucas, autre collégien interrogé avoue qu'avant que ce rituel ne soit instauré dans cette école, il ne lisait pas. Le voilà maintenant mordu !

Quant aux professeurs, outre le fait de pouvoir bouquiner un petit moment dans leur salle de classe, ils semblent apprécier le silence qui découle de ce moment de lecture groupée. "C'est assez remarquable de retrouver un silence de cette qualité-là avec un groupe d'élèves", confie un professeur d'anglais.

Et les collégiens ne sont pas les seuls qui semblent avoir pris goût à ce moment de lecture obligatoire. Ainsi, l'assistant de direction reconnaît qu'il ne lisait pas tous les jours et que cette expérience lui a redonné envie de replonger dans ses bouquins. Un carton plein donc.

A quand l'instauration de ce rendez-vous lecture dans tous les établissements scolaires de France ?