Les étonnants bienfaits du vélotaf pour les salariés et les employeurs

Les étonnants bienfaits du vélotaf pour les salariés et les employeurs
Les étonnants bienfaits du vélotaf pour les salariés et les employeurs
De plus en plus de personnes se rendent au travail à vélo. Et pour cause, la pratique du "vélotaf" permettrait d'être plus heureux·se, productif·ve et en meilleure santé. On s'y met quand ?
A lire aussi

Le vélo est de plus en plus prisé comme moyen de transport prioritaire par les citadin·e·s. Pour se balader en ville, pour visiter le quartier, pour retrouver des ami·e·s en soirée sans avoir à rentrer en métro... et aussi, pour aller au bureau. Tellement d'ailleurs, qu'à Paris aux heures de pointes, les cyclistes sont plus nombreux·se·s que les voitures sur certains axes.

Un choix écologique pour beaucoup, qui s'avérerait également comme sources d'avantages en tout genre. Physiques d'abord, et puis sur le plan professionnel ensuite. On vous explique les bienfaits du "vélotaf".

Plus de productivité

Les chiffres sont formels : 6 à 9 % de productivité en plus en vélotafant qu'en étant sédentaire. L'activité physique que génère le vélo avant une journée de travail permet de mettre notre organisme en marche, d'avoir le temps de visualiser sa journée, d'être plus frais·che en débarquant à son poste.

Chaque coup de pédale permet de plus une meilleure oxygénation du cerveau et des neurones, donc de diminuer la dégénérescence et améliorer la micro-circulation, ce qui optimise nos capacités intellectuelles.

Moins de burn-out

Grâce au pédalage toujours, on stimule la sécrétion de certains neurotransmetteurs, souligne L'Equipe. Les endorphines, aussi appelées l'hormone du bonheur, la sérotonine et la dopamine, qui elles régulent l'humeur. Résultat : moins de risque de déprime passagère comme de burn-out.

Une créativité boostée

Cette fois, ce sont les ondes alpha qu'il faut remercier. En augmentant, cette fréquence cérébrale (8 à 12 Hz) caractérisée par un état de conscience apaisée permet aux deux hémisphères du cerveau de fonctionner en toute harmonie, explique le média, ce qui favorise la créativité. Finis les pannes d'inspiration et autres brainstorming où l'on peine à sortir quelque chose de bien intéressant : nous voilà prêt·e à participer concrètement. Et ça tient à quelques kilomètres d'effort.

Moins d'absentéisme

Enfin, d'après une étude danoise, les personnes qui se rendent au boulot en vélo seraient moins absentes que celles qui prennent les transports ou la voiture. Car en meilleure santé ? Probablement. Autre effet positif : la ponctualité. Là aussi, les vélotafeurs et vélotafeuses pointeraient davantage à l'heure que leurs collègues à pied.

Autant de bienfaits qu'on ne soupçonnait pas forcément, et qui finissent de nous convaincre de revoir nos moyens de déplacement. De quoi se faire du bien à soi et à la planète. Que demander de plus ?