Vladimir Poutine se vautre dans le sexisme face à la journaliste Hadley Gamble

La remarque bien sexiste de Vladimir Poutine à une journaliste
La remarque bien sexiste de Vladimir Poutine à une journaliste
L'espace d'une interview, la journaliste américaine Hadley Gamble a été victime du sexime bien connu du président russe Vladimir Poutine.
A lire aussi

Sois belle et tais toi ! Voilà ce qu'aurait pu décocher Vladimir Poutine à la journaliste américaine Hadley Gamble. Le 13 octobre dernier, le président russe, interrogé par la reporter à propos de l'exportation du gaz russe en Europe, a affirmé à son assemblée que cette dernière était "une belle femme" mais qu'elle "répondait l'inverse quand on lui disait une chose, comme si elle n'avait pas entendu ce qu'on lui disait".

La journaliste n'en est pas moins "jolie", pour reprendre les mots du leader. Un sexisme qui ne surprend guère de sa part. Et qui n'a pas tant étonné que cela la correspondante pour la chaîne américaine CNBC. A ce sous-entendu macho, la principale concernée a d'ailleurs rétorqué qu'elle avait très bien entendu la réponse du président russe.

Il en faut davantage pour déstabiliser Hadley Gamble.

"Mon plus bel angle !"

Et cette dernière le démontre régulièrement sur ses réseaux sociaux. L'espace d'un post Instagram, la reporter américaine a ainsi relayé la première page d'un journal russe rapportant cette entrevue politique. Si le leader russe est bien visible sur l'image en Une, on ne voit de la correspondante... que les jambes. "Mon plus bel angle !", a ironisé en retour la journaliste. Une dérision qui a suscité l'amusement de ses 50 000 followers.

Tout comme une autre de ses publications Instagram, sur laquelle la reporter valorise un magnifique gâteau auréolé d'une photo du président russe et d'une inscription : "Trop belle !". Un hommage évident à la fameuse "analyse" de Vladimir Poutine, salué par des flopées d'emojis morts de rire. Parmi les internautes, d'aucuns conseillent à la journaliste de vendre la pâtisserie en magasins. Mieux vaut en rire qu'en pleurer.