Lisa Gardner, la reine du thriller, vous offre ses « Derniers Adieux »

Lisa Gardner, la reine du thriller, vous offre ses « Derniers Adieux »
Lisa Gardner, la reine du thriller, vous offre ses « Derniers Adieux »
Dans cette photo : Amélie Nothomb
Atlanta. Des prostituées et des enfants disparaissent dans l'indifférence quasi-générale. Seul l'agent du FBI Kimberly Quincy, s'enfonce dans un univers cauchemardesque qui mettra sa vie, et celle de son enfant à naître, en danger. Avec « Derniers Adieux », paru chez Albin Michel, l'Américaine Lisa Gardner met sa maîtrise du suspense et sa finesse psychologique au service d'un thriller délicieusement haletant.
A lire aussi

L'agent spécial du FBI, Kimberly Quincy est aussi la fille d’un ex-agent de cette institution, aujourd’hui reconverti dans le profilage, et l’épouse d’un inspecteur du GBI. Autant dire que les scènes de crime et autres atmosphères macabres constituent son quotidien. Aussi, lorsqu’une prostituée enceinte la contacte pour lui faire part des disparations de plusieurs jeunes femmes, elle fonce tête baissée.
Est-ce sa propre grossesse qui l’incite, contre l’avis de son mari, à s’impliquer dans cette affaire ? Est-ce le souvenir de sa mère et de sa sœur victimes d’un serial-killer, plusieurs années auparavant ?
Quoiqu’il en soit, au fur et à mesure de son enquête, Kimberly se retrouve plongée dans l’univers glacial d’un individu vouant un véritable culte aux araignées. Son seul indice : l’homme se fait appeler Dinechara (anagramme d'arachnide). Mais qui, de l’agent du FBI ou de cet adorateur des bêtes à huit pattes, poursuit vraiment l’autre ?
Déjà auteur de « Disparue » (2008), « Sauver sa peau » (2009) et « La maison d’à côté », Lisa Gardner assoit, avec ce nouveau roman, sa place dans le cercle très fermé des reines du suspense. Véritable page turner, « Derniers Adieux » (Albin Michel) glace le sang du lecteur tout en le tenant en haleine. À dévorer de toute urgence… si l’on ne craint pas les araignées.

« Derniers Adieux » de Lisa Gardner, chez Albin Michel. 422 pages. 21, 50 euros.

Crédit photo : Philbrick Photography

VOIR AUSSI

Eliette Abécassis explore la face cachée du mariage religieux
Rentrée littéraire : « Banquises », le dernier roman de Valentine Goby
Rentrée littéraire : Delphine de Vigan, « Rien ne s'oppose à la nuit »
Amélie Nothomb dissèque le complexe d'Œdipe avec « Tuer le père »