La nouvelle star de la chanson française formée à l'université de Bordeaux ?

La nouvelle star de la chanson française formée à l'université de Bordeaux ?
La nouvelle star de la chanson française formée à l'université de Bordeaux ?
Une nouvelle formation « chanson d'expression, jazz et musiques actuelles » à la faculté de Bordeaux III permet à une vingtaine de jeunes d'acquérir les bases d'auteur-compositeur-interprète de chansons françaises. C'est la première du genre en France qui est proposée dans une université.
A lire aussi


« The Voice », « Nouvelle Star », « Star Academy », autant de télécrochets populaires qui promettent à des jeunes une célébrité aussi soudaine que, le plus souvent, éphémère. Pour valoriser le patrimoine de la chanson à textes francophone et le talent des jeunes aspirants à la création musicale, l’Université de Bordeaux a ouvert en septembre une licence de « chanson d’expression, jazz et musiques actuelles ». La première promotion composée de vingt-un jeunes artistes est la première du genre en France. Courante dans le monde anglophone (Australie, Grande-Bretagne), cette formation n’était dispensée dans l’Hexagone que dans des écoles privées aux frais de scolarité souvent prohibitifs. A la faculté de Bordeaux III, elle ne coûte que 300 euros l’année.

Une formation complète

Expression écrite, histoire de la musique, technique vocale, musicale, d’accompagnement au piano et d’arrangement, culture générale : Pascal Pistone, à l'origine du projet, est fier d’avoir créé une formation la plus complète possible avec autant de matières théoriques que de cours pratiques. « On espère qu'en sortant de ces trois années ils seront des artistes complets, pas des pantins de producteurs, d'attachés de presse ou de directeurs artistiques », a-t-il confié au Point. « On ne les a pas recrutés parce qu'ils ont une belle voix, mais parce qu'ils ont un potentiel créatif ».

Ouverte uniquement tous les trois ans, cette formation a également pour but de « valoriser le répertoire de chanson française à texte, victime d'une image plutôt mauvaise depuis quelques années par rapport à la chanson de variétés ». Les salles de classe résonnent d’ailleurs des plus grands succès de Léo Ferré ou de Jacques Brel. Avec ce bagage universiteur, leur professeur-formateur est persuadé que ses étudiants trouveront à terme un poste d’auteur-compositeur-interprète, de professeur de musique, d'accompagnateur, ,de choriste, d'arrangeur ou d'orchestrateur. D'ailleurs, les jeunes intègrent progressivement le monde professionnel puisque certains ont déjà des contrats avec des maisons de disque et que d'autres se produisent régulièrement sur les scènes de café-concert de la région bordelaise.

VOIR AUSSI

Quand l'école enseigne "l'histoire des arts"
Université : pourquoi les femmes boudent les mathématiques ?
Université : les étudiants français seraient-ils paresseux ?
Cours séchés, allocations supprimées