Les phtalates, responsables de la baisse de la fertilité masculine

Les phtalates, responsables de la baisse de la fertilité masculine
Les phtalates, responsables de la baisse de la fertilité masculine
Les phtalates, plastifiants présents dans notre environnement, ont des conséquences fâcheuses sur la production de testostérone, l'hormone masculine. Une découverte qui pourrait expliquer la baisse de la fertilité chez les hommes.
A lire aussi


Une étude parue en mars sur le site de la revue britannique Human Reproduction révèle que l'exposition des testicules de l'homme adulte aux phtalates entraîne une baisse de la production de l'hormone masculine, la testostérone. Les phtalates sont des plastifiants omniprésents dans notre environnement. On les retrouve dans pratiquement tous les articles en PVC (ballons, bottes en plastique, rideaux de douche, tuyaux, textiles imperméables, matériel de perfusion, etc., mais aussi dans les peintures, les encres ou les cosmétiques) et dans l'alimentation (produits laitiers). L'exposition aux phtalates se fait par voie d'inhalation, d'ingestion et par le contact cutané.

Des enquêtes menées dans différents pays ont montré une imprégnation de la population, dépassant la dose journalière admissible recommandée par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). Ces résultats chez l’homme adulte sont inédits. Jusqu'ici, un tel effet n'avait été constaté que sur les testicules de fœtus humain ou chez le rongeur. Il pourrait expliquer la baisse de la qualité des spermatozoïdes et donc de la fertilité masculine. Les phtalates sont plus que jamais pointés du doigt. Le Réseau environnement santé demande un renforcement de la réglementation et leur remplacement par un composé moins toxique.

(Source : lemonde.fr)
Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

La testostérone favorise les comportements égocentriques
Fertilité : du poisson pour un sperme de meilleure qualité
La testostérone baisse quand on devient papa
Médicaments dangereux : le Propecia favoriserait l'impuissance sexuelle
Timidité : l'hormone de la confiance en soi existe