Cancer du sein : plus de risques avec certains contraceptifs

Cancer du sein : plus de risques avec certains contraceptifs
Cancer du sein : plus de risques avec certains contraceptifs
Une étude américaine est arrivée à la conclusion que les progestatifs, utilisés comme contraceptifs, multiplieraient le risque de cancer du sein par deux chez les femmes de moins de 44 ans. Ce traitement est normalement indiqué pour la contraception, ainsi que pour calmer les douleurs mammaires, en cas de règles trop abondantes, ou encore d'endométriose (maladie de l'utérus).
A lire aussi


Plusieurs études avaient déjà démontré que les progestatifs de synthèse, donnés dans le cadre d'un traitement hormonal substitutif au moment de la ménopause, augmentaient le risque de cancer du sein chez les femmes. Aujourd’hui, une nouvelle enquête menée par l’équipe du Pr Christopher Li, à Seattle (Etats-Unis) s’est penchée sur les conséquences de ces progestatifs lorsqu’ils sont administrés comme contraceptifs chez les femmes plus jeunes.
Ainsi, cette étude, publiée récemment dans la revue Cancer Research, révèle que l'acétate médroxyprogestérone dépôt (progestatif également mis en cause dans le traitement de la ménopause) augmenterait le risque de cancer du sein de 2,2 chez les femmes âgées de 20 à 44 ans, ce que le Dr Marc Espié, responsable du Centre des maladies du sein de l'hôpital Saint-Louis, à Paris considère malgré tout comme un « un risque très faible ». Ce produit est indiqué pour la contraception lorsque la pilule n’est pas tolérée par exemple, ainsi que pour calmer les douleurs mammaires, en cas de règles trop abondantes ou encore d'endométriose (maladie de l'utérus).
D’après une autre étude menée par Françoise Clavel-Chapelon, épidémiologiste à l'Inserm, les femmes ayant utilisé pour la première fois ce traitement entre 40 ans et la survenue de leur ménopause, le prolongeant pendant 4 ans, auraient un risque accru de 44 % de développer un cancer du sein.
En outre, les progestatifs de synthèse exercent un effet promoteur et non d'initiateur sur les cellules précancéreuses, ce qui veut dire qu'ils ne créent pas de cellules cancéreuses mais aident celles qui existent déjà à se multiplier.

Alexandra Gil

Source : Lefigaro.fr
Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Cancer du sein : plus de 2,4 millions de Françaises se sont fait dépister en 2011
Octobre Rose : l’expo « Aux seins de la vie, » pour voir le cancer autrement
Le sport, une arme contre le cancer du sein ?