Cancer du sein : le travail de nuit incriminé

Cancer du sein : le travail de nuit incriminé
Cancer du sein : le travail de nuit incriminé
Une étude française parue ce mardi relève un rapport entre cancer du sein et travail de nuit. Ce dernier entraînerait chez les femmes un risque accru de 30% de développer la maladie, en raison des perturbations entraînées sur le rythme biologique.
A lire aussi


Le travail de nuit était déjà classé « cancérogène probable » par le Centre international de recherche sur le cancer, à cause des dérèglements hormonaux qu’il provoque, et qui pourraient favoriser le cancer. Une étude française publiée ce mardi dans l'International Journal of Cancer révèle qu’il pourrait augmenter le risque de cancer du sein de 30% chez les femmes exerçant leur métier la nuit.
Selon l’étude, le risque est « du même ordre de grandeur » que d’autres facteurs connus de cancer du sein comme l’âge tardif de la première grossesse, les mutations génétiques ou les traitements hormonaux.

Viviane Clermont

Avec AFP
Crédit photo : Stockbyte

VOIR AUSSI

Cancer du sein : expérimentation d'une technique de dépistage par le sang
Cancer du sein : les ablations mammaires en progression
Bisphénol A et cancer du sein : le lien confirmé
Cancer du sein : un médicament préventif porteur d'espoir