Abandonner la pilule 3e génération pour celle de 2e génération : une bonne idée ?

Abandonner la pilule 3e génération pour celle de 2e génération : une bonne idée ?
Abandonner la pilule 3e génération pour celle de 2e génération : une bonne idée ?
Les premiers effets du scandale qui entoure les pilules de troisième et quatrième génération, notamment soupçonnées d’accroître les risques d’accident vasculaire cérébral, ne se sont pas fait attendre. Depuis le début de l'année, les ventes de ces dernières seraient en baisse au profit des pilules de deuxième génération. Pourtant, nombreux sont les professionnels de santé qui affirment que toutes les pilules sont identiques.
A lire aussi


Il fallait s'y attendre. Alors que les pilules de troisième et de quatrième génération sont au cœur de la polémique, les pharmacies auraient noté une nette augmentation de la vente de pilules de deuxième génération, de l'ordre de 20% sur les dix premiers jours de l'année, selon une information du Nouvel Observateur. Parallèlement, celles de troisième génération aurait accusé un recul de 6% sur la même période. Rien d'étonnant au vu du scandale sanitaire qui entoure ces dernières. Il y a une semaine environ, la ministre de la Santé Marisol Touraine appelait d'ailleurs les femmes à vérifier le type de pilule prise et à voir « comment elles pourront, le cas échéant, faire évoluer leur contraception » lors de leur prochaine consultation gynécologique. Quelques jours auparavant, elle avait avancé de six mois le déremboursement définitif des pilules de troisième génération. Initialement prévu en septembre 2013, il interviendra finalement le 1er avril prochain avec l'objectif assumé d'inciter les professionnels de santé à privilégier systématiquement la prescription de pilules de deuxième génération.

« Les pilules sont toutes d'efficacité identique, mais elles ne sont pas toutes bien tolérées »

Mais cette mesure n'est pas du goût de tous les professionnels de santé. Brigitte Letombe, gynécologue-obstétricien au CHU de Lille, s'est est expliqué au site Internet La Vie. « Les pilules sont toutes d'efficacité identique, mais elles ne sont pas toutes bien tolérées. Dans les premières pilules combinées (oestro-progestatives), le progestatif contient une hormone mâle qui entraîne parfois des effets adverses : pilosité, acnée, problèmes de poids, élévation du cholestérol. Dans les pilules combinées plus récentes mais qui datent toutefois de 20 ans, le progestatif est différent. On les prescrit donc pour éviter de tels problèmes », indique-t-elle, précisant que « lorsqu'une femme présente des risques d'accident thrombotiques familiaux ou personnels, elle ne doit prendre aucune pilule combinée (contenant des oestrogènes), quelle que soit la génération ».

Cette gynécologue, ancienne présidente de la Fédération nationale des collèges de gynécologie médicale (FNCGM), estime que « le discrédit officiel porté sur la pilule de troisième génération est en train de remettre en cause la pilule elle-même. La confusion des annonces est en train de créer un effet de panique, et tout cela au détriment des patientes. Les femmes, qui ont déjà beaucoup de mal à s'astreindre à l'observance quotidienne de leur contraception, arrêtent de la prendre. » Et pour elle, les effets pervers de cette polémique se font déjà ressentir avec, depuis septembre dernier, une augmentation des IVG dues à l'arrêt de ce moyen de contraception.

Plus d'actu sur : Pilule 3e génération : notre dossier spécial

Pilule : les femmes préfèrent désormais le stérilet... et la contraception d'urgence
Diane 35 : la pilule anti-acné de retour sur le marché mais...
Pilule 3G et 4G : une nouvelle étude confirme les risques vasculaires