PMA : boom des triplés et jumeaux dûs au traitements médicamenteux aux Etats-Unis

PMA : boom des triplés et jumeaux dûs au traitements médicamenteux aux Etats-Unis
PMA : boom des triplés et jumeaux dûs au traitements médicamenteux aux Etats-Unis
Une étude publiée cette semaine dans le New England Journal of Medicine se penche sur le phénomène des naissances multiples. Alors que les naissances de jumeaux et de triplés dues à la fécondation in vitro sont en baisse depuis la fin des années 90, les naissances multiples liées aux traitements médicamenteux destinées à stimuler la fertilité sont en progression.
A lire aussi


Plus d'un tiers des jumeaux et plus de trois quarts des triplés sont issus d'une procréation médicalement assistée (PMA) aux États-Unis. Si l’évolution des techniques de fécondation in vitro a contribué à la baisse des grossesses multiples, les traitement hormonaux sont responsables d’un grand nombre de naissances de triplés et plis aux Etats-Unis. «Les pratiques de la fécondation in vitro vont dans le bon sens, reconnaît Eli Adashi, coauteur de ces travaux, mais le bénéfice obtenu est quasiment effacé par l'augmentation des grossesses multiples liées aux traitements de stimulation ovarienne et d'induction de l'ovulation, hors FIV», explique-t-il. Ces traitements sont en effet responsables de 45 % des naissances multiples en 2011 contre 32 % pour la fécondation in vitro.

Les traitements de fertilité hors-FIV moins onéreux

D’après les auteurs de l’étude, il est beaucoup plus difficile de contrôler les grossesses multiples en cas de stimulation ovarienne que dans le cadre d’une FIV. Or la population se tourne de plus en plus vers les traitements médicamenteux pour faire des enfants en raison de leur coût plus accessible, ce qui présage qu’un accroissement futur des naissances multiples.

Un meilleur contrôle en France

En France, les données sont moins alarmantes. «Seuls 10 % des accouchements de grossesse multiples sont imputables à ces traitements, et le taux de grossesses triples est devenu quasiment nul en France», explique le Dr Joëlle Belaisch-Allart, responsable du centre AMP de l'hôpital de Sèvres au figaro.fr. D’après elle, le nombre de jumeaux va diminuer dans le cadre de la fécondation in vitro mais il augmentera naturellement en parallèle avec le désir de plus en plus tardif d’enfant chez les femmes françaises. « Le taux de grossesses multiples spontanées augmente avec l'âge maternel», rappelle-t-elle.