Zdravko Tolimir : le bras droit de Ratko Mladic plaide non coupable au TPIY

Le bras droit du « boucher des Balkans », Zdravko Tolimir jugé devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) depuis 2010, risque la réclusion criminelle à perpétuité pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre. Il comparaît notamment pour son rôle dans le massacre de Srebenica en 1995. Zdravko Tolimir assure sa défense seul et plaide non coupable de toutes les accusations.
A lire aussi


Hier, mardi 21 août, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) a requis la réclusion criminelle à perpétuité pour le général serbe bosnien Zdravko Tolimir, 63 ans, accusé de génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre, en particulier pour sa participation au massacre de 8000 musulmans à Srebenica en 1995. Bras droit de Ratko Mladic, surnommé le « boucher des Balkans », Zdravko Tolimir s’occupait du renseignement et de la sécurité au sein de l’armée serbe de Bosnie. Il était par conséquent au courant de tout ce qui se passait en Bosnie-Herzégovine selon le bureau du procureur : « En choisissant M. Mladic à la place de la loi, il a perdu ce qu'il avait d'humain. Ses actions seront analysées et jugées par l'Histoire et sont celles d'un homme qui a agi délibérément, qui a choisi sa voie. Il ne pouvait rien se passer sans qu'il ne soit au courant ».

Zdravko Tolimir plaide non-coupable pour toutes les accusations même pour le génocide de Srebenica, la pire tuerie commise en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale, perpétré en 1995 : environ 25 000 femmes, enfants et personnes âgées ont été déplacées vers les territoires musulmans de Bosnie après la chute de Srebenica et Zepa tandis que 8 000 hommes aptes à se servir d’une arme étaient exécutés et entassés dans des fosses communes.

L’accusé, en costume noir et cravate rayée, a pris des notes pendant toute la durée de la mise en accusation du procureur. Zdravko Tolimir a choisi de se défendre seul. Son procès reporté plusieurs fois en raison de sa santé fragile, a débuté le 26 février 2010 alors que Zdravko Tolimir a été arrêté le 31 mai 2007 en Bosnie-Herzégovine. Pendant 2 ans et demi, l’accusation a convoqué à la barre 126 témoins alors que le général serbe bosnien n’en a fait venir que 4. La sentence devrait être connue rapidement.

Laure Gamaury

Source : AFP
Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Angelina Jolie réalisatrice : « elle dénonce le viol comme arme de guerre »
Ratko Mladic : arrestation du « Boucher des Balkans » en Serbie
Sarajevo nomme Angelina Jolie citoyenne d'honneur