Bernadette Chirac donne son avis sur l'affaire Hollande-Gayet-Trierweiler

Bernadette Chirac donne son avis sur l'affaire Hollande-Gayet-Trierweiler
Bernadette Chirac donne son avis sur l'affaire Hollande-Gayet-Trierweiler
Dans cette photo : Bernadette Chirac
Invitée sur Europe 1 mardi 21 janvier, l'ex-Première dame de France Bernadette Chirac a évoqué l'affaire du « GayetGate » et affiché son soutien à Valérie Trierweiler, à qui elle confie avoir « écrit un petit mot ».
A lire aussi


Après Carla Bruni, qui a confié la semaine dernière au journal allemand Welt am Sonntag ne pas vouloir « faire partie de la meute » en accablant François Hollande, c'est au tour d'une autre ancienne Première dame de France de s'exprimer sur l'affaire Hollande-Gayet-Trierweiler.

Mardi 21 janvier, Bernadette Chirac, invitée d'Europe 1, a donné son avis sur l'affaire peoplitique qui secoue l'Élysée depuis près de quinze jours. Ou plutôt, a refusé de prendre part à la polémique. « Le président de la République a dit lui-même que les choses privées doivent être réglées en privé. Par conséquence, ça ne me regarde pas », a expliqué l'épouse de Jacques Chirac.

Bernadette Chirac compatis au sort de Valérie Trierweiler

En revanche, Bernadette Chirac a exprimé son soutien à la compagne de François Hollande Valérie Trierweiler, et « espère que c'est seulement un moment de fatigue ». « Je ne l'ai pas eue récemment au téléphone parce que je ne veux pas être indiscrète, a-t-elle poursuivi. Elle est probablement très fatiguée. Si elle a été à l'hôpital pendant huit jours, ce n'est sûrement pas sans raison. Mais en revanche, je lui ai écrit un petit mot [...] Je lui ai dit que j'entendais les nouvelles qui étaient données par les journalistes et que je prenais part à sa tristesse, parce que je pense qu'elle est triste, c'est ce qui transparaît dans les nouvelles qu'on nous donne, et que je pensais à elle et que certainement tout va s'arranger très vite. » Et de rattacher l'affaire à sa propre expérience : « C'est assez dur : j'ai aimé ça au-delà, mais j'ai eu la chance d'être 18 ans la femme du maire de Paris, 4 ans la femme du Premier ministre, 10 ans la femme d'un ministre et la femme du Président dans deux mandats. Evidemment, quand on a l'entraînement, c'est certainement moins difficile ! Elle-même me l'a dit ! »



Après une semaine passée à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, Valérie Trierweiler a gagné samedi la résidence présidentielle de la Lanterne proche du parc du château de Versailles. En déplacement aux Pays-Bas, François Hollande a répondu aux questions des journalistes sur l'état de santé de sa compagne et a confié qu'elle « va mieux et se repose en ce moment à la résidence de la Lanterne ». De son côté, Valérie Trierweiler s'est exprimée sur Twitter pour la première fois depuis la parution du magazine Closer pour remercier « ceux qui ont envoyé des messages de soutien et de rétablissement ».

Dans l'actu