#Simonfilsestgay : des députés PS disent non aux hashtags homophobes

#Simonfilsestgay : des députés PS disent non aux hashtags homophobes
#Simonfilsestgay : des députés PS disent non aux hashtags homophobes
Quelques semaines après le vif émoi suscité par le hashtag #unbonjuif qui avait pullulé sur Twitter et suscité de nombreux propos antisémites, c'est un flot de tweets homophobes qui s'est abattu sur le réseau social ce week-end. Alors que le mot clef #simonfilsestgay était dans les tendances les plus populaires répertoriées sur Twitter samedi, le Parti socialiste proteste contre ce « déferlement de propos homophobes » et met en garde le réseau social.
A lire aussi


En plein débat sur le mariage pour tous, la situation est jugée « préoccupante » par deux cadres du PS, les secrétaires nationaux du PS aux médias et aux questions de société, Philippe Buisson et Marc Coatanéa. Ils pointent du doigt une vague de propos homophobes qui a été observée samedi 23 décembre sur Twitter, portée par le hashtag #simonfilsestgay. On pouvait ainsi lire ce week-end des messages ouvertement homophobes sur le réseau social. Quelques semaines après l’émoi provoqué par le hashtag #unbonjuif,  les socialistes ont tenu à tirer la sonnette d’alarme.  « Cette situation est préoccupante: il y a quelques semaines déjà, une grande émotion avait été suscitée par un flot de propos antisémites tenus autour du hashtag #unbonjuif. Ces propos ne sont pas seulement choquants et odieux, ils sont interdits par la loi », rappellent dans un communiqué les secrétaires nationaux. Ils demandent au réseau social « de faire respecter la loi française sur son site ». Car, comme ils le soulignent, « les discriminations, le racisme, l'antisémitisme, l'homophobie et les appels à la haine sont illégaux et punis par la loi ».  « Leur expression sur Internet ne fait pas exception à cette règle », ajoutent-ils.

« Comment peut-on encore tenir de tels propos discriminatoires ? Abject ! »

D’autres responsables politiques n’ont pas tardé à réagir eux-aussi aux messages homophobes échangés sur le réseau. « Propos homophobes sur Twitter : en contradiction absolue avec les valeurs de notre République. Inacceptables et punis par la loi française », s’indigne Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes. Bertrand Delanoë, le maire de Paris, surenchérit : « Tweets homophobes : Comment peut-on encore tenir de tels propos discriminatoires ? Abject ! J'invite Twitter à prendre ses responsabilités ». Les twittos se sont eux-aussi soulevés contre les internautes homophobes, participants ainsi paradoxalement à remonter le hashtag #simonfilsestgay dans les tendances les plus populaires du réseau. « Lire les tweets #SiMonFilsEstGay, c'est regretter que la fin du monde n'ait pas eu lieu hier », ironise ainsi Bruno Julliard. « L'appel au meurtre, c'est de l'humour? Ça pue ces temps ci Twitter », s’indigne @MaceScaron. Las, certains twittos semblent être friands de polémiques douteuses et de propos discriminatoires. Ainsi, alors que le hashtag homophobe disparaissait des « trend topics » samedi, dès dimanche c’est le mot clef raciste #SiMaFilleRamèneUnNoir, qui avait pris le relais dans les tendances les plus populaires.

Crédit photo : Twitter

VOIR AUSSI

#unbonjuif : peut-on porter plainte contre les trend topics antisémites sur Twitter ?
#Unbonjuif : pourquoi Twitter n’a pas supprimé les tweets antisémites ?
Mariage gay : les deux visages des anti
Opposition au mariage gay est-il synonyme d’homophobie ?

Dans l'actu