Booba, Zemmour, Depardieu, nos députés & co : les plus beaux machos de 2013

Booba, Zemmour, Depardieu, nos députés & co : les plus beaux machos de 2013
Booba, Zemmour, Depardieu, nos députés & co : les plus beaux machos de 2013
Dans cette photo : Booba
2013 fut riche en émotions. De l’hémicycle à la presse people, des sites de rencontres aux hautes sphères high tech : le machisme, insidieusement, s’est infiltré partout. Parce que la fin de l’année, c’est aussi le temps des classements, retour sur le meilleur du pire des pépites sexistes, machistes ou misogynes de ces 12 derniers mois. Un machomètre corsé que nous nous efforcerons de teinter d’optimisme pour 2014.
A lire aussi


Politique : bravo à Philippe Le Ray et Hugues Foucault

Octobre 2013. Alors que la députée écologiste Véronique Massonneau prend la parole, l'élu UMP Philippe Le Ray commence à caqueter, comme une poule. Une insulte révélatrice d’un machisme ambiant à l’assemblée. Plus tôt dans l’année, Najat Vallaud Belkacem y suçait son stylo « très érotiquement » d’après un autre élu UMP. La grande classe. Qu’on se rassure, le malotru s’est fendu d’excuses bien ironiques auprès de l’intéressée, et de « tous ceux qu’[il a ] choqué par son tweet d’une infamie et d’une horreur totale ». Décidément, ils sont LOL nos députés.

Médias : Zemmour et Revel, les kings du machomètre

On fait un petit coucou à Zemmour, si habitué de notre machomètre qu’il est un peu ici chez lui. En octobre, il dérapait sur la présence des femmes à l’assemblée : « Et je ne vous dirai pas comment on les a mises là... On a mis les amies, les femmes, les maîtresses, etc… ». En mars, c’était carrément une glissade : « Les femmes n'expriment pas le pouvoir, elles ne l'incarnent pas, c'est comme ça. Le pouvoir s'évapore dès qu'elles arrivent. ». Allez, bisou et à la prochaine Eric ! Avec sa haine des femmes journalistes, fascinées par les hommes de pouvoir, Renaud Revel a aussi eu plusieurs fois nos honneurs cette année. 

People : Depardieu, Booba et les salauds, unis dans le sexisme

C’est bon de voir les personnalités publiques donner l’exemple… Entre Depardieu qui gueule « Salope ! Va te faire baiser ! » à une journaliste, les 343 salauds qui tremblent à l’idée qu’on touche à leur pute et Booba qui se demandent de quoi pourraient bien parler les rappeuses, c’est gratiné. « Qu’est-ce qu’elle va raconter la meuf ? Qu’elle s’est fait larguer par son mec ? On s’en fout », osait dire le rappeur en novembre. C’est vrai qu’il n’y a que les mecs pour aimer parler de cul, de bagnoles et de thunes. On avait oublié.

Web : où sont les femmes (et leurs talons) ?

Ça fait un petit coup au cœur de voir le salon le Web rempli d’hommes, largement plus nombreux que les femmes (pourtant fort inspirantes). Autre reflet du machisme dans le milieu, la réaction du PDG d’une start-up face à des stilettos à la Silicon Valley : « Je suis à un événement qui est censé être réservé aux entrepreneurs, mais quelqu'un y porte des talons ? #pasdecerveau », a-t-il twitté. On nous aurait caché que se rehausser de dix centimètres cryogénisait aussitôt le cerveau ?

>> Absence des femmes dans le numérique : 9 milliards d'euros de manque à gagner <<

Sport : Laurent Blanc, la BBC et Bernard Lacombe pas avares de clichés

Mais qu’ont-elles donc à vouloir s’imposer dans des milieux d’hommes ? Le rap, le journalisme, le web, le sport… Vous imaginez le choc de Laurent Blanc quand, en conférence de presse, une femme lui pose une question sur les tactiques footballistiques : « Une femme qui parle de tactique, c’est beau. Je trouve ça fantastique ». Tes remarques sexistes, Laurent, ne sont pas fantastiques. Et tu n’es pas le seul. On pense avec tristesse à ce journaliste de la BBC qui attribue le succès et l’ambition de Marion Bartoli à son tour de taille. Quant à toi Bernard Lacombe, qui pense que les femmes ont leur place en cuisine « à s’occuper de leur casserole », plutôt que sur un terrain de football… Tâche de te rappeler qu’à l’OL, les femmes font mieux que les hommes.

Voilà pour les performances des machos de 2013. Le classement n’est pas exhaustif, et ne s’étend pas sur le sexisme dans le rock’n’roll, dans les films, les banques d'imagessur les sites de rencontres… Il n’y a plus qu’à espérer qu’il sera moins fourni en 2014.

Dans l'actu