La retraite pour les non-salariés

La retraite pour les non-salariés
La retraite pour les non-salariés

Comment s’y retrouver dans la jungle des retraites ? "La finance pour tous", notre partenaire, vous aide à y voir plus clair. Intéressons-nous ici au cas où vous n'êtes pas salarié.

A lire aussi


Des régimes historiquement spécifiques
A la création de la Sécurité sociale, en 1945, les réticences des non salariés à l’instauration d’un régime unique a conduit à la mise en place de régimes et de caisses spécifiques : MSA (Mutualité Sociale Agricole ) regroupant les agriculteurs (salariés et non salariés, mais avec des règles différentes pour les uns et les autres) ; ORGANIC /RSI ( Régime social des indépendants) pour les commerçants et les industriels indépendants ; AVA (Assurance vieillesse des artisans) pour les artisans ; régimes par professions pour les libéraux ( avocats, médecins, notaires, chirurgiens dentistes, infirmiers- kinésithérapeutes- Orthophonistes, orthoptistes, vétérinaires etc…) fédérés dans la CNAVPL ( Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse des Professions Libérales).

Tendance à l’alignement sur le régime général
A chaque régime ses règles et son fonctionnement. Mais de plus en plus chacun tend à s’aligner sur le régime général. :
• l’âge légal est fixé à 60 ans avec des possibilités de départ anticipé à partir de 55 ans.
• A côté du régime de base, un régime complémentaire obligatoire a été mis en place après 2003 là où il n’existait pas encore.
• Les cotisations sont calculées sur les revenus professionnels à un taux souvent égal à 16,65 % pour la base et 6,6 % pour le complémentaire.
• 160 trimestres de cotisations sont nécessaires pour bénéficier de la retraite à taux plein, mais avec des bonifications et majorations selon les situations familiales. Une majoration de 0,75 % par an est établie pour ceux qui poursuivent leur activité au-delà de 60 ans et des 160 trimestres.
• La retraite de base est calculée soit selon le système du régime général (revenu annuel moyen x un taux compris entre 25 et 50 % en fonction des trimestres de cotisation), soit selon un système de points, soit selon un système mixte (notamment pour les agriculteurs non salariés). Le calcul des retraites complémentaires est celui des systèmes complémentaires salariés mais avec des valeurs du point différentes.
• Les conjoints des non salariés associés à leur activité ont longtemps été les sacrifiés des régimes de retraite. Ils peuvent aujourd’hui opter pour un statut de salarié, de collaborateur d’exploitation ou d’associé qui leur permet d’accéder à une retraite personnelle.
• Les niveaux effectifs des retraites des non salariés pâtissent des problèmes d’assiette, de taux de cotisations et de démographie des régimes. Les régimes complémentaires n’y ont été introduits que récemment. La loi Madelin de 1994 a introduit une fiscalité plus avantageuse (déductibilité des cotisations) en faveur de régimes de retraites supplémentaires par capitalisation pour les non salariés.

EN SAVOIR PLUS : Retrouvez également nos explications sur le régime du secteur privé et le régime spécial.

Plus d'actu sur : Tout sur la retraite

Comment partir en retraite à 33 ans ? Ce couple a trouvé la solution
Envoyé Spécial : "Portugal, le nouveau paradis des retraités français ?" sur France 2 Replay
Tout savoir sur le cumul emploi-retraite