GPA : "Ni putes ni soumises" demande l'abrogation de la circulaire Taubira

GPA : "Ni putes ni soumises" demande l'abrogation de la circulaire Taubira
GPA : "Ni putes ni soumises" demande l'abrogation de la circulaire Taubira
L'association Ni putes ni soumises a publié un communiqué demandant à Christiane Taubira, la Garde des Sceaux, de retirer immédiatement sa circulaire qui demande aux tribunaux de faciliter l'obtention de la nationalité française pour les enfants nés de gestation pour autrui (GPA) à l'étranger. La raison ? Le collectif refuse que les femmes deviennent des « ventres à louer ».
A lire aussi
GPA à l'étranger : une circulaire sur les certificats de naissance affole l'opposition
mariage & pacs
GPA à l'étranger : une circulaire sur les certificats de...


« Cette circulaire doit être abrogée, nous trouvons intolérable et inacceptable l’idée de vendre ou de louer le corps d’une femme qui deviendrait, de ce fait, l’objet d’une commande » : les féministes de Ni putes ni soumises (NPNS) ont publié un communiqué jeudi 31 janvier sur leur site internet dans lequel elles demandent le retrait de la circulaire Taubira

Ce texte, daté du 25 janvier et rédigé par la ministre de la Justice à l’attention de toutes les juridictions, demande que soit facilitée la délivrance des certificats de nationalité française pour les enfants de parents français nés d’une mère porteuse à l’étranger. La GPA est aujourd'hui une pratique illégale en France.

La question de la GPA, sujet sensible

Or, en plein débat sur le mariage gay et alors que la question de la PMA pour les couples de lesbiennes sera posée dans le projet de loi sur la famille fin mars, la gestation pour autrui (GPA) est un sujet sensible. Si le gouvernement actuel n’a a priori pas l’intention de la légaliser sur le territoire français, cette circulaire ravive les débats. En début de semaine, l'UMP s'opposait avec virulence à cette circulaire.

C'est donc maintenant le collectif NPNS qui monte au créneau et partage les craintes précédemment exprimées : « Nous le savons, les "mères porteuses" sont souvent les premières victimes de la précarité économique. Il s’agit d’une atteinte à la dignité des femmes ».

VOIR AUSSI

GPA à l'étranger : une circulaire sur les certificats de naissance affole l'opposition
La gestation pour autrui loin des oubliettes
GPA : Un pas pour la reconnaissance des enfants nés de mères porteuses
Le Monde publie un appel contre la légalisation des mères porteuses

Dans l'actu