"Déni de grossesse, à mon corps défendant" : le documentaire qui explore le sujet tabou

"Déni de grossesse, à mon corps défendant" : le documentaire qui lève le voile sur un sujet tabou
"Déni de grossesse, à mon corps défendant" : le documentaire qui lève le voile sur un sujet tabou
Dans son documentaire diffusé ce mardi 9 octobre sur France 5, la réalisatrice Marion Vaqué-Marti explore un sujet tabou qui entoure l'intimité du corps féminin : le déni de grossesse.
A lire aussi

Laëtitia, Lise, Gaëlle, Alizée. Ces femmes n'ont pas le même âge, n'ont pas grandi dans la même ville et n'ont pas la même histoire. Elles ont pourtant un point en commun : toutes les quatre ont été victimes d'un déni de grossesse.

Ce phénomène désigne la grossesse d'une femme qui n'a pas conscience d'être enceinte. En effet, le ventre ne grossit pas, les mouvements du foetus sont quasi imperceptibles et, dans la plupart des cas, les règles ne s'interrompent pas. Chez certaines femmes, cette situation peut perdurer jusqu'à l'accouchement.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, on estime qu'en France, 3000 femmes sont victimes de déni de grossesse chaque année, soit une naissance toutes les six heures.

Si on ne parle pas de maladie, il s'agit cependant d'une expérience très traumatisante pour la mère qui subit un choc psychologique extrêmement violent. En plus de cette rude épreuve, s'ajoute l'incompréhension de l'entourage, voire l'incrédulité de certaines personnes. "Comment peut-on ignorer que l'on est enceinte ?" peuvent s'interroger certain·es.

Sujet tabou

Ces sentiments de honte et d'incompréhension sont amplifiés par le fait que le déni de grossesse reste un sujet tabou au sein de notre société. Comment les femmes qui le subissent affrontent-elles cette réalité ? Comment peuvent-elles reconnaître un enfant venu au monde à leur corps défendant ? C'est précisément à ces questions que la réalisatrice Marion Vaqué-Marti tente de répondre dans son nouveau documentaire Déni de grossesse, À mon corps défendant diffusé ce mardi 9 octobre dans le magazine Le monde en face à 20h50, sur France 5.

"Il y a eu un documentaire sur le déni de grossesse, suite à l'affaire Véronique Courjault il y a presque dix ans. Mais c'est vrai qu'en dehors, c'est un sujet qui a été très peu traité. Beaucoup de gens ne croient pas au déni de grossesse, ce qui amène une suspicion vis-à-vis des femmes qui en sont victimes : on les prend pour des menteuses, pour des folles, pour des femmes qui n'aiment pas les enfants... Je voulais donc raconter leur histoire", nous explique la réalisatrice.

"Une fois le choc passé, elles sont heureuses que l'enfant soit là"

Le film s'ouvre avec l'histoire d'Alizée, qui explique à sa fille qu'elle l'a portée pendant neuf mois, mais sans le savoir pendant un long moment. "Neuf mois de grossesse. C'est le temps qu'il faut à chaque femme pour aller vers sa nouvelle identité de mère. Mais il arrive que certaines femmes soient privées de ce long et précieux cheminement", explique une voix-off incarnée par l'actrice Ariane Ascaride.

Lise a vécu une expérience similaire. Sa grossesse a été détectée au bout de six mois. "Je ressentais une vive douleur au niveau du ventre. Je suis donc allée aux urgences. Quand le verdict est tombé, j'étais médusée", confie la jeune femme.

Aujourd'hui, les deux femmes vont bien. Elles ont surmonté le choc, et ont été aidées par leur entourage. "Il y a un choc énorme pendant lequel il est dur d'accepter son statut de mère, mais une fois ce choc passé, elles sont heureuses que leur enfant soit là. Ce sont de bonnes mères", souligne Marion Vaqué-Marti.

Un film pour comprendre l'incroyable et terrible phénomène du déni de grossesse
Un film pour comprendre l'incroyable et terrible phénomène du déni de grossesse

Mais malheureusement, un déni de grossesse peut aussi connaître une fin tragique. C'est ce qui est arrivé à Laëtitia. Mère de deux enfants, elle a vécu sereinement ses deux premières grossesses. Mais lors de sa 3e grossesse, qui sera l'objet du déni, la seule chose qu'elle ressent est une sorte de "malaise diffus".

Elle avait mal, mais ne s'est pas doutée une seconde qu'elle pouvait être enceinte. À six mois, les médecins l'ont d'ailleurs renvoyée chez elle en lui annonçant qu'elle avait fait une fausse couche.

"Un déni de grossesse est contagieux. Quand ces femmes vont chez le médecin, il est courant que celui-ci ne voit rien non plus. Pour Laëtitia, on lui a par exemple annoncé qu'elle avait fait une fausse couche, être enceinte était donc pour elle encore moins envisageable ! D'une certaine façon, le corps médical a confirmé son déni de grossesse", analyse Marion Vaqué-Marti.

Jusqu'au terme, la jeune femme ne sera pas au courant de son état. Une nuit, elle accouche seule, dans sa baignoire. Pour Laëtitia, la situation est intenable. Elle n'est pas prête à avoir cet enfant. Alors, elle commet l'irréparable.

"Dans le déni de grossesse, tout se joue sur l'entourage et sur la manière dont ces femmes vont être aidées au moment de l'annonce, que ce soit à 7 mois de grossesse ou à l'accouchement. Globalement, elles sont bien entourées à ce moment-là et les choses vont bien se passer. Mais ça n'a pas été le cas pour Laëtitia, qui s'est retrouvée seule à accoucher dans sa baignoire en pleine nuit", remarque Marion Vaqué-Marti.

"Déni de grossesse, à mon corps défendant" : le documentaire qui lève le voile sur un sujet tabou
"Déni de grossesse, à mon corps défendant" : le documentaire qui lève le voile sur un sujet tabou

"Dans ces cas-là, on se demande 'pourquoi nous' ?"

La réalisatrice a également rencontré un père et mari qui a vécu neuf mois auprès de sa femme sans jamais savoir qu'elle était enceinte : c'est l'histoire de Gaëlle et de Laurent. En couple depuis plusieurs années avec Laurent, Gaëlle a confié à son compagnon son désir d'avoir un enfant. "Il m'a répondu que c'était compliqué financièrement, car il avait déjà deux enfants", raconte Gaëlle. Elle décide donc de remettre ses projets à plus tard, pour ne pas gâcher l'histoire d'amour qu'elle vit avec Laurent.

La vie normale reprend son cours pour le couple. Les mois passent. Mais un jour, Gaëlle se réveille avec des vives douleurs au dos et au ventre. Inquiet, Laurent l'emmène aux urgences. Quelques heures plus tard, le personnel de l'hôpital lui apprend que Gaëlle vient d'accoucher. "J'ai l'impression d'avoir moi aussi fait un déni de grossesse. Dans ces cas-là, on se demande 'pourquoi nous ?", confie Laurent.

"Il était important pour moi d'inclure un homme dans le film, car je voulais montrer que le déni de grossesse peut aussi survenir quand on est en couple. Je voulais montrer que cela peut arriver à des femmes de tous âges, de tous milieux. Dans le cas de Gaëlle, le déni peut s'expliquer par le fait qu'on ne lui ait jamais dit explicitement 'je veux un enfant de toi", développe Marion Vaqué-Marti.


Un documentaire poignant et des témoignages bouleversants, qui nous invitent à découvrir les affres de l'une des plus spectaculaires manifestations de l'esprit sur le corps.

"Déni de grossesse, à mon corps défendant", diffusion mardi 9 octobre 2018 à 20h50 sur France 5