"Upskirting" : regarder sous les jupes des femmes bientôt pénalisé en Angleterre ?

"Upskirting" : regarder sous les jupes des femmes bientôt pénalisé en Angleterre ?
"Upskirting" : regarder sous les jupes des femmes bientôt pénalisé en Angleterre ?
L'Angleterre et le Pays de Galles envisagent de pénaliser la pratique de l'"upskirting", qui consiste à regarder et à prendre des photos sous les jupes des femmes.
A lire aussi

Violer l'intimité d'une femme en photographiant sans son consentement sous sa jupe dans un train ou à un concert constitue sans aucun doute possible du harcèlement sexuel. Pourtant, jusqu'à présent, cette pratique nommée "upskirting", largement popularisée par les sites pornos, n'est pas considérée comme un crime en Angleterre ou au Pays de Galles, contrairement à l'Écosse qui a légiféré en 2009. Ce sera bientôt chose faite.

The Guardian rapporte en effet que le gouvernement envisage de pénaliser cette pratique après qu'une pétition lancée par une jeune femme a recueilli des milliers de signatures outre-Manche pour que l'article 67 sur la Loi sur les infractions sexuelles pénalise enfin le fait de prendre des photos sous les jupes de femmes. Dans une tribune parue sur le site du Telegraph , Gina Martin raconte avoir lancé une pétition pour la criminalisation de l'upskirting après que la police a refusé de poursuivre un homme qui avait pris des photos d'elle avec son téléphone pendant un concert qui se déroulait à Hyde Park cet été. "Je l'ai signalé à la police, qui m'a dit que cela arrivait souvent, écrit-elle. Et pourtant, les femmes ne le signalent pas parce qu'il n'y a pas de loi qui les protègent, donc elles n'ont pas de droit automatique à l'anonymat. Les gens demandent toujours pourquoi les femmes ne signalent pas les cas de harcèlement sexuel dont elles sont victimes. C'est à cause de la façon dont elles sont traitées – comme je l'ai été – qu'elles ne le font pas. La loi pense que si vous ne touchez pas la femme en question, ce n'est pas une agression, et c'est un problème parce que prendre des images des organes génitaux de quelqu'un sans son consentement est une agression sexuelle. Ce n'est pas parce que vous ne l'avez pas touché qu'ils ne se sentent pas violés dans leur intimité."

Une mesure insuffisante selon l'opposition

En recueillant près de 65 000 signatures en l'espace d'une semaine, la pétition lancée par Gina Martin a attiré l'attention des médias et du gouvernement, qui devrait prochainement examiner la nécessité d'une loi pénalisant la pratique de l'upskirting. Le secrétaire d'État à la Justice, David Lidington, a déclaré aux députés qu'il prenait "très sérieusement" la question soulevée par la jeune femme. Interrogé par le travailliste Richard Burgon au sujet des mesures qu'envisageait le gouvernement pour lutter contre cette forme de harcèlement sexuel, le secrétaire d'État a affirmé avoir "demandé des conseils détaillés à ce sujet. Avant de prendre l'engagement d'une nouvelle loi, je veux être absolument certain que ce serait la bonne direction à suivre".

Insuffisant selon le député travailliste, qui a lui-même signé la pétition. "Il n'est pas nécessaire que le gouvernement conservateur tarde à garantir qu'il y aura bien une modification de la loi. Au lieu de parler d'obtenir des conseils supplémentaires sur la question de savoir si le changement de loi est une bonne idée, le gouvernement ferait mieux de présenter d'urgence des propositions concrètes sur la façon dont il compte lutter contre ce problème." "Tout retard supplémentaire verra la justice être refusée à de nombreuses femmes qui souffrent déjà de cette pratique honteuse", a-t-il ajouté.