À l'état sauvage : Christophe Dechavanne a vécu un "cauchemar" avec Mike Horn

A l'état sauvage avec Christophe Dechavanne
A l'état sauvage avec Christophe Dechavanne
Dans cette photo : Christophe Dechavanne
Ce lundi 12 juin, M6 diffuse un nouvel épisode de "À l'état sauvage". Cette fois-ci, c'est Christophe Dechavanne qui a suivi Mike Horn dans les paysages hostiles du Venezuela. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'animateur garde un mauvais souvenir de son aventure...
A lire aussi

Après Michaël Youn, Matt Pokora et Laure Manaudou, c'est à Christophe Dechavanne de tacher de survivre aux côtés de l'aventurier sud-africain Mike Horn dans "À l'état sauvage", diffusé ce lundi soir sur M6.

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce nouvel épisode du survival ne va pas manquer de piment. En cause : les relations tendues qu'ont entretenu l'animateur et Mike Horn pendant tout le tournage. Mis à l'épreuve au coeur du "monde perdu", l'une des zones les plus dangereuses et reculées du Venezuela, Christophe Dechavanne a eu bien du mal à parcourir à pieds les 45km qui le séparaient de la civilisation. Loin de son confort et de ses repères, l'animateur a eu beaucoup de mal à s'adapter aux conditions de vie sauvage imposées par Mike Horn. "Je déteste marche... Alors vous imaginez marcher dans l'eau... sans savoir où l'on met les pieds, pendant des heures ! Un cauchemar", a confié Christophe Dechavanne à Purepeople.

Invité de "Salut les Terriens !" samedi 10 juin, l'animateur de "Coucou c'est nous" est revenu sur son expérience difficile et ses rapports houleux avec Mike Horn. Il a notamment raconté avoir dû descendre une falaise de 200 mètres en rappel, ce qui l'a profondément marqué. "Ils ont commencé par un truc un peu chaud. Je n'ai jamais fait de rappel de ma vie, je n'aime pas ça. Quand je regarde des alpinistes à la télévision, j'ai un peu mal au coeur..."

"Il n'y avait rien, il n'y avait que des cailloux. J'ai marché sur des cailloux humides et glissants pendant quatre jours et, dans la jungle, j'ai marché dans la terre humide et sans voir le ciel. En fait, je n'ai pas beaucoup profité du paysage parce que j'avais tellement peur de me faire mal que je regardais tout le temps où je mettais les pieds",a poursuivi l'animateur qui explique que plus que les défis physiques, le sien était surtout mental. Ce n'est que lorsqu'il a lâché prise qu'il s'est mieux entendu avec Mike Horn. "Parfois c'était un peu chaud, mais le soir on en discutait et ça allait mieux. Il y a un respect mutuel entre nous", a assuré Christophe Dechavanne.

Toutefois, les tensions entre les deux hommes sont bien visibles à l'écran. "Notre ambition était de ne pas le ménager et de ne pas l'installer dans son confort, a expliqué la production au HuffPost. C'est pour quoi il a démarré sur une descente en rappel de 200 mètres."