Accoucher au cinéma et en vrai : le jeu des 7 différences

L'accouchement dans "En cloque, mode d'emploi"
L'accouchement dans "En cloque, mode d'emploi"
On critique souvent la manière dont les films hollywoodiens dépeignent la vie des femmes, mais s'il y a un temps fort de leur existence qui est glamourisé à outrance dans les films, c'est bien l'accouchement. Voici 7 différences majeures entre la manière dont cela se passe au cinéma et dans la vraie vie.
A lire aussi

1/ Le départ pour la maternité

Au cinéma : Vous êtes en train de déjeuner avec une amie/ de faire du shopping/ de vous disputer avec votre mec quand vous perdez subitement les eaux. Ni une ni deux, vous montez dans un taxi pour foncer à la maternité.

En vrai : Vous passez des jours au lit avec des crampes douloureuses et vous finissez par chronométrer vos contractions pour savoir quand aller à la maternité sans vous faire refouler.


2/ L'arrivée à la maternité

Au cinéma : A peine arrivée à l'hôpital, un médecin souriant vous conduit à votre chambre (dans un fauteuil roulant) sans que vous n'ayez à remplir aucun papier.

En vrai : On vous laisse poireauter jusqu'à ce qu'une salle de naissance soit libre avec pour seule distraction les gémissements des femmes en train d'accoucher à côté.




Non, Derek Shepherd ne fait pas les accouchements
Non, Derek Shepherd ne fait pas les accouchements


3/ Votre chambre

Au cinéma : Vous êtes installée dans une chambre lumineuse dont les murs sont couverts de photos de bébés angéliques et votre mec et votre mère vous tiennent chacun une main.

En vrai : On vous emmène dans une chambre éclairée au néon et on vous met plein de branchements pour mesurer les battements du coeur du bébé tandis que vous n'arrivez toujours pas à joindre votre mec.


4/ Le travail

Au cinéma : Vous faites des grimaces de douleur en levant les yeux au ciel, et deux secondes après, vous vous engueulez avec le futur papa sous l'oeil de la sage-femme.

En vrai : Vous ne dites rien et respirez fort seule dans votre chambre car le futur papa est bel et bien arrivé mais il est déjà descendu fumer une clope (ou boire un café).


Lever les yeux au ciel = j'ai très mal
Lever les yeux au ciel = j'ai très mal


5/ La péridurale

Au cinéma : Un anesthésiste beau gosse vient vous poser la péridurale à peine vous en avez fait la demande, et l'instant d'après, vous êtes au septième ciel.

En vrai : Vous devez attendre dans d'atroces souffrances que l'anesthésiste vienne vous voir et comme vous bougez trop à cause des contractions, il est obligé de s'y reprendre à deux fois pour vous faire la piqûre.


6/ L'accouchement

Au cinéma : Vous poussez tandis que votre mec/copine s'évanouit de frayeur, et l'instant d'après, c'est bon alors que vous êtes là depuis seulement deux heures.

En vrai : Après douze heures de contractions, vous n'avez plus la force de pousser. Et en plus, vous avez peur de vous laisser aller complètement et de faire caca sur vous.

Pas d'accouchement sans quelqu'un qui tourne de l'oeil
Pas d'accouchement sans quelqu'un qui tourne de l'oeil


7/ Votre bébé

Au cinéma : Les cheveux légèrement décoiffés, une goutte de sueur perlant sur le front, vous serrez d'un air béat votre nouveau-né, qui ressemble à un bébé de pub Pampers, tandis que votre mec verse une larme à côté de vous.

En vrai : Vous avez une tête pas possible et vous ne sentez plus la partie inférieure de votre corps à cause de la péridurale, mais quand vous apercevez pour la première fois votre bébé plein de sang et hurlant, une joie intense déferle en vous qu'aucun film ne peut exprimer.