Alexandra Lamy : elle parle de l'époque où elle et Jean Dujardin vivaient ensemble

Prochainement à l'affiche de la nouvelle série de TF1, "Une chance de trop", l'actrice se confie au JDD sur sa nouvelle vie à Londres avec sa fille Chloé.
A lire aussi

A partir de ce jeudi 15 octobre, Alexandra Lamy entre dans la peau d'une urgentiste dont la fille a été enlevée dans la série "Une chance de trop" d'Harlan Corben. Un rôle particulièrement intense pour la mère très protectrice qu'elle est. Depuis 2013, l'ex femme de Jean Dujardin s'est installée dans la capitale britannique. Un rêve de toujours réalisé, mais aussi une façon de protéger sa vie privée. "Ça a toujours été mon rêve de m'immerger dans une autre culture, précise-t-elle au Journal du dimanche. Et puis, je peux aller voir des concerts dans la fosse. Quant à ma fille, elle peut se faire des copines sans qu'il y ait de malentendus : là-bas, personne ne sait qui est sa mère."

"Avec Jean, on faisait toujours attention"

La célébrité a aussi ses revers. Alexandra Lamy évoque notamment un épisode traumatisant de l'enfance de sa fille Chloé, qu'elle a eue avec le comédien Thomas Jouannet. Un jour où elle emmène la petite fillette de 5 ans à l'école, des mamans se ruent vers elle pour lui demander un autographe. "Je m'y suis prêtée volontiers, quand tout à coup je n'ai plus vu ma fille. Volatilisée ! J'ai crié son nom. Aucune des mamans ne réagissait. Elles continuaient à me demander des autographes. (..) C'était très angoissant. Ma fille était deux rues plus loin. Un monsieur l'avait récupérée." Une mésaventure qui se termine bien, mais le couple de la série Un gars/ Une fille s'est juré alors de protéger ses enfants. "Avec Jean, quand nous sortions dans la rue avec les enfants, on faisait toujours attention. La célébrité, c'est notre choix. Ils n'ont pas à en subir les conséquences..."

Aujourd'hui, Chloé Jouannet va fêter ses 18 ans, ce qui n'empêche pas Alexandra Lamy de toujours garder un oeil sur la prunelle de ses yeux. Le tournage de sa nouvelle série l'a d'ailleurs particulièrement traumatisé. "Quand je ne savais pas où elle était, il m'arri­vait de l'appe­ler en larmes : 'Tu es où ?', elle me répon­dait 'Non mais maman, mais ça va ! J'étais au sport", avoue-t-elle à Gala.

Les dossiers