"Laissez mes bourrelets tranquilles" : Cardi B répond aux grossophobes

Sur Instagram, Cardi B clashe les grossophobes, et ça fait du bien.
Sur Instagram, Cardi B clashe les grossophobes, et ça fait du bien.
"Maintenant, je vais vous montrer mon putain de corps !". Cardi B a le sens de la punchline, et ce n'est rien de le dire. Sur Instagram, la rappeuse a taclé les grossophobes, l'espace d'une vidéo likée des millions de fois. On applaudit.
A lire aussi

Répondre au "trolling" par du "trolling". C'est cette méthode pour le moins atypique qu'a choisie Cardi B afin de clouer le bec aux internautes les plus sexistes et grossophobes. Rembobinons : mi-juin, la rappeuse partage sur Instagram une photo des plus "badass", la dévoilant de profil, fière, le regard dans le lointain. Un portrait classieux aux huit millions de likes qui n'a pourtant pas manqué d'inspirer les esprits malveillants. La superstar aurait notamment été accusée par certains internautes d'avoir retouché cette photo, qui ne correspondrait pas à sa silhouette actuelle.

"Maintenant, je vais vous montrer mon putain de corps !", a sans trop tarder rétorqué Cardi B le 17 juin dernier, le temps d'une vidéo bien piquante comme il faut. Cette nouvelle publication (virale) est enrichie d'un titre qui se passe de commentaires : "Laissez mes bourrelets tranquilles !".

Avec la verve qu'on lui connaît, la chanteuse clashe celles et ceux qui ne peuvent s'empêcher de commenter son physique. Bikini en évidence et sac en mains, elle nie en bloc le recours à Photoshop. Et, le sourire aux lèvres, ironise à l'adresse des "haters" qui fustigent son apparence : "Je devais faire en sorte que mes cuisses correspondent à mes put*in de fesses !". Salvateur.

Une ironie mordante ?

Dans cette logique du clash (rap oblige), Cardi B se permet de prendre ses détracteurs à leur propre jeu. Entre deux "bitches", elle poursuit sur le même ton, face-caméra : "Vous causez alors que vous êtes foutus comme des phoques, que vos soeurs ont des fesses de bison et que vos mères ressemblent à des morses". Une manière - joliment métaphorique - de démontrer par l'absurde et la surenchère la violence des propos grossophobes dont font l'objet bien des femmes sur les réseaux sociaux.

Il y a fort à parier que les adeptes du "body shaming" (les remarques grossophobes, sexistes et culpabilisantes relatives au corps féminins et masculins) ne s'attendaient pas à un tel retour de bâton. Avec autodérision et panache, Cardi B revendique l'amour qu'elle porte à ses "bourrelets" et invite les trop nombreux anonymes aux jugements hâtifs à... s'occuper de leurs fesses, justement. Un message salué par 25 millions de like (excusez du peu) et une abondance de commentaires, tout aussi hilares qu'enthousiastes - emojis coeurs à l'appui.

Les réparties cinglantes de Cardi B ne nous sont pas étrangères - il suffit d'écouter ses morceaux. Mais son discours, lui, peut sembler plus ambivalent, par le vocabulaire "provoc" volontairement "body shaming" employé. Rappelons qu'il y a deux ans de cela, l'actrice et militante body positive Jameela Jamil avait directement fustigé l'artiste. Son motif d'accusation ? Avoir fait la promotion d'un thé prétendument "détox" sur ses réseaux sociaux. Les prises de position de Cardi B seraient-elles devenues plus féministes au fil des années ?

 

Dans l'actu