Cette femme navajo veut ouvrir la première maternité pour Amérindiennes

Une sage-femme d'origine navajo veut ouvrir la première maternité réservée aux Amérindiennes afin de proposer à ces dernières une prise en charge adaptée à leurs croyances et leurs traditions.
A lire aussi

"Quand j'ai fini mes études pour devenir sage-femme, j'ai éprouvé l'envie de fonder une maternité spécialisée parce que cela n'a encore jamais été fait. Je voulais vraiment fonder un centre qui mette en valeur l'approche amérindienne de la médecine et des femmes." explique Nicolle Gonzales au Cosmopolitan américain.

Cette dernière, qui fait partie des quatorze sage-femmes amérindiennes aux Etats-Unis, a eu l'idée d'ouvrir une clinique réservée aux Amérindiennes afin de permettre à celles-ci d'accoucher dans un lieu respectueux de leurs coutumes. A la tête de l'organisation à but non lucratif The Changing Woman, elle est actuellement à la recherche de financements auprès d'associations diverses afin de monter ce projet.

Ce sont ses expériences en tant que sage-femme dans un hôpital géré par le gouvernement qui ont convaincu Nicolle Gonzales de se lancer dans ce projet. Elle a en effet trouvé que les Amérindiennes n'étaient pas toujours bien traitées par le personnel, notamment en raison des barrières culturelles. Elle a commencé à poser des questions autour d'elle au sujet des méthodes ancestrales d'accouchement. Constatant que les Amérindiennes avaient été progressivement coupées de leurs connaissances au sujet du corps humain, de la maternité et de l'accouchement, elle a donc décidé de tout mettre en place pour permettre aux femmes d'accoucher dans un cadre mettant en valeur ces traditions anciennes.

Par ailleurs, le but de ce projet est de permettre aux tribus de protéger leur savoir et leurs traditions. "Il y a des pratiques de guérison, des mots et des chansons que les différentes tribus gardent jalousement pour elle, et qu'elles refuseraient de partager avec des femmes venant de l'extérieur. Un problème qui disparaît avec la création d'un centre de naissance réservé aux Amérindiennes et protégé d'un point de vue culturel."

Pour Nicolle Gonzales, c'est aussi l'occasion de proposer aux Amérindiennes des traitements alternatifs, au lieu de recourir systématiquement aux médicaments comme on le fait dans les hôpitaux américains. Une manière de lutter à petite échelle contre la médicalisation de l'accouchement, de plus en plus critiquée. De plus en plus de médecins s'inquiètent notamment de l'augmentation des césariennes dans le monde.

Les Amérindiens représentent l'une des communautés les plus marginalisées aux Etats-Unis. Ils vivent dans une pauvreté extrême et le taux de suicide et de violences sexuelles est près de deux fois plus élevé que la moyenne nationale. Les soins médicaux sont prodigués par l'agence gouvernementale Indian Health Services, mais celle-ci est l'objet de critiques en raison de problèmes de gestion et de financement.

La vidéo de présentation de l'association Changing Woman :

Vidéo de présentation de Changing Woman