Les mères de deux enfants travaillant à plein temps sont 40% plus stressées

Mère stressée
Mère stressée
Selon une récente étude anglaise, les mères qui travaillent à plein temps sont davantage exposées au stress que les femmes actives sans enfants. Un phénomène lié à la charge mentale.
A lire aussi
Cette mère a une astuce géniale pour sensibiliser son enfant aux pièges des applis
News essentielles
Cette mère a une astuce géniale pour sensibiliser son...

Penser à prendre un rendez-vous chez le médecin pour son enfant au beau milieu d'une réunion professionnelle, réserver les billets de train pendant qu'on fait à manger pour la famille.... Voici le concept de la charge mentale, c'est-à-dire le fait de devoir tout gérer de front sur le plan professionnel et familial et planifier psychologiquement les tâches à accomplir à la maison alors qu'on se trouve sur son lieu professionnel ou vice-versa.

Selon une étude de l'Institut Ispos réalisée en 2018, 8 femmes sur 10 sont concernées par la charge mentale. "Les femmes vivent les mêmes pressions que les hommes, mais le terme de charge mentale renvoie chez elles à quelque chose d'autre : le fait de devoir penser à mille choses à la fois pour la famille, de prévoir, d'organiser l'essentiel de ce qui se passe dans la maison. C'est la thématique bien connue de la double-journée", explique Jean-Claude Kaufmann, sociologue au CNRS.

Une récente étude de l'association professionnelle des sociologues britanniques et publiée fin janvier dans la revue Sociology confirme ces chiffres. Menée sur un échantillon de 6025 personnes, les recherches ont mesuré la pression artérielle et le taux d'hormones des participantes.

Les résultats indiquent un niveau de stress plus élevé de 18% chez les mères qui ont un enfant comparé à celles qui n'en ont pas. Ce chiffre grimpe à 40% chez les femmes qui ont deux enfants. L'étude précise que le télétravail ou les horaires flexibles n'ont aucun effet sur leur niveau de stress chronique.

Réduire les heures de travail

Les scientifiques à l'origine de l'enquête ont constaté que les marqueurs de stress chronique des hommes étaient également plus faibles s'ils travaillaient moins d'heures. L'effet était à peu près le même que chez les femmes.

"Le conflit entre le travail et la famille est associé à une tension psychologique accrue, à des niveaux de stress plus élevés et à des niveaux de bien-être moins élevés", affirme Tarani Chandola, auteur principal de l'étude.

Seule une réduction des horaires semble aider ces femmes à alléger leur stress. Les auteurs et autrices de l'étude ont en effet constaté que les femmes qui travaillent à temps partiel présentaient des niveaux de stress chronique inférieurs de 37 % par rapport à celles qui travaillent à temps plein.

Le stress lié à la charge mentale n'est pas le seul effet délétère de la parentalité qui touche spécifiquement les femmes. Une nouvelle étude de l'Insee révèle que l'écart salarial hommes-femmes s'accroît avec l'arrivée d'un enfant à la maison. En moyenne, les salariées du secteur privé gagnent 23% de moins que les pères.

Retrouvez tous nos conseils Work et astuces pour booster votre carrière sur notre page LinkedIn