Nouvelle femme de cinéma
Les confidences post-#MeToo de la réalisatrice Nathalie Biancheri
Publié le 13 décembre 2019 à 19:41
Par Catherine Rochon | Rédactrice en chef
Rédactrice en chef de Terrafemina depuis fin 2014, Catherine Rochon scrute constructions et déconstructions d’un monde post-#MeToo et tend son dictaphone aux voix inspirantes d’une époque mouvante.
Quelle place pour les femmes réalisatrices dans l'ère post-#MeToo ? A l'occasion des Arcs Film Festival 2019, rendez-vous incontournable du cinéma européen qui se tient du 14 au 21 décembre, nous avons interrogé ces cinéastes inspirantes qui se battent pour faire bouger les lignes. Zoom sur l'Italienne Nathalie Biancheri.
La réalisatrice Nathalie Biancheri La réalisatrice Nathalie Biancheri© DR
La suite après la publicité

Si Nathalie Biancheri est Italienne, c'est au Royaume-Uni qu'elle a débuté sa carrière en tant que journaliste à la BBC et travaillant sur de nombreux documentaires. Et c'est finalement cette année qu'elle a sauté le pas avec son premier long-métrage, l'intense et très prometteur Nocturnal. L'histoire d'une rencontre étrange entre une étudiante introvertie et un trentenaire mystérieux, présentée dans la section "Hauteur" des Arcs Film Festival.

Alors qu'elle a monté sa propre compagnie pour contourner le sexisme de l'industrie, Nathalie Biancheri nous parle de sa place de femme dans le milieu encore très masculin de la réalisation et de ses inspirations.

Terrafemina : Qu'est-ce qui selon vous se met encore en travers des réalisatrices ?

Nathalie Biancheri : Je pense qu'il y a de plus en plus de réalisatrices qui s'expriment et que la situation est en train de s'améliorer. Mais pour répondre à votre question, je pense que la peur est un élément. Une peur qui n'est pas vraiment tangible ou définissable, mais qui est l'un des stéréotypes culturels avec lesquels les femmes ont grandi. On ne nous apprend pas à nous jeter dans l'incertitude, à prendre des risques, à adopter des comportements "masculins" comme l'esprit de décision. Je pense que c'est une grande partie du problème.

99% des femmes travaillant dans l'industrie du cinéma et de la télé ont déjà été confrontées à du sexisme. Est-ce votre cas ?

N.B. : Bien sûr que j'ai connu ça ! Qui ne l'a pas expérimenté ? La plupart du temps, ce sont des producteurs miteux qui prétendent vouloir faire votre film mais qui veulent en fait coucher avec vous... J'en étais malade. Du coup, j'ai décidé de lancer ma propre société en compagnie d'une autre femme. Au moins, ce problème était réglé !

Comment se porte le cinéma dans votre pays ?

N.B. : En Irlande, là où je vis, il y a d'énormes opportunités en ce moment, c'est impressionnant. En Italie par contre, mon pays d'origine, il n'y a pas autant d'avantages, mais nous avons de beaux exemples de super réalisatrices comme Alice Rohrwacher.

L'affaire Weinstein a bouleversé l'industrie cinématographique depuis deux ans. Comment avez-vous vécu ce raz-de-marée ?

N.B. : Je ne l'ai pas particulièrement vécu, tout comme je n'ai pas été particulièrement surprise. J'ai juste pensé qu'il était temps que ces choses sortent enfin. Je pense qu'il y a beaucoup de changements qui sont en train d'advenir pour les femmes dans l'industrie. Nous devrions faire attention à ne pas diaboliser constamment la situation et reconnaître les avantages qui existent dans les pays occidentaux pour aider les femmes.

Que reste-t-il à faire pour booster les représentations féminines devant et derrière la caméra ?

N.B. : Les écoles devraient être ciblées et les femmes devraient être motivées dès le plus jeune âge afin qu'elles se sentent plus confiantes et sentir qu'elles ont le droit de faire ce qu'elles veulent. Je pense que par ce biais, il y aurait plus de talents féminins et des films meilleurs. Je me méfie des quotas et de la promo de certains films juste parce qu'ils ont été faits par des femmes et pour atteindre certains chiffres. Le rêve ? Que le fait d'être un homme ou une femme ne compte plus et que l'on ait plus à spécifier qu'on est une "femme réalisatrice". Juste une réalisatrice.

L'actrice Frances McDormand dans "Fargo" © Gramercy Pictures

L'actrice Frances McDormand


Quel est votre film "féministe" préféré ?


N.B. : Je ne pense pas vraiment aux films en ces termes, mais le film que j'adore regarder et qui a deux personnages principaux féminins sera toujours Thelma et Louise.

Une actrice que vous rêveriez de diriger ?


N.B. : Il y en a tellement ! Mais si je devais n'en choisir qu'une, ce serait peut-être Frances McDormand. Elle est juste incroyable.

Quelle femme vous a le plus inspirée cette année ?


N.B. : Ruth Bader Ginsburg, membre de la Cour suprême des États-Unis. J'ai découvert son histoire cette année. C'est une nana vraiment cool.

Mots clés
Nouvelle femme de cinéma Culture sexisme empowerment interview festival les Arcs feminisme
Sur le même thème
#MeToo : Jacques Doillon dément les accusations de Judith Godrèche play_circle
Société
#MeToo : Jacques Doillon dément les accusations de Judith Godrèche
11 avril 2024
Benoît Jacquot, Jacques Doillon et #MeToo : la fin de tout un système ? play_circle
Société
Benoît Jacquot, Jacques Doillon et #MeToo : la fin de tout un système ?
9 février 2024
Les articles similaires
Théâtre : on a vu "Un tramway nommé désir" et Cristiana Reali y est époustouflante play_circle
Culture
Théâtre : on a vu "Un tramway nommé désir" et Cristiana Reali y est époustouflante
1 février 2024
Les Français ? Des "machistes !", dénonce Jane Fonda play_circle
Société
Les Français ? Des "machistes !", dénonce Jane Fonda
6 mars 2024
Dernières actualités
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
Santé
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
10 juillet 2024
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ? play_circle
Société
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ?
9 juillet 2024
Dernières news