"Les femmes SDF sont dans un état de stress inimaginable depuis le confinement"

Personne SDF pendant le confinement près du Panthéon à Paris, 19 mars 2020
Personne SDF pendant le confinement près du Panthéon à Paris, 19 mars 2020
Alors que le gouvernement vient d'annoncer réquisitionner des chambres d'hôtels pour loger les hommes et les femmes qui vivent dans la rue pendant le confinement, il est utile de se questionner sur ce que l'on peut faire pour aider davantage. On a interrogé deux associations qui nous l'attestent : il faut continuer de tisser du lien social.
A lire aussi

On estime à 250 000 le nombre personnes qui vivent dans la rue en France. Plusieurs centaines de milliers d'hommes et de femmes qui ne possèdent pas de toit et n'ont nulle part où aller. Une réalité alarmante, qu'il devient d'autant plus urgent d'adresser pendant l'épidémie de coronavirus. A Lyon, plusieurs SDF se sont d'ailleurs plaints au SAMU que des policier·e·s les avaient verbalisés car ils ne respectaient pas les restrictions de déplacement. Des faits qui ne devraient pas se reproduire, a par la suite assuré le préfet du Rhône, avant de promettre que les éventuelles contraventions "seraient immédiatement annulées".

Du côté du gouvernement, on a annoncé tout mettre en oeuvre pour loger les sans-abris, en réquisitionnant notamment 170 chambres d'hôtel, ainsi que 150 places dans des centres aménagés, pour ceux et celles qui seraient infecté·e·s par le Covid-19 mais dont l'état de santé ne nécessite pas une hospitalisation, indique l'AFP. Valérie Pécresse, présidente du Conseil régional d'Ile-de-France, a quant à elle proposé de mettre à disposition 9200 lits dans des internats inoccupés. Des bonnes nouvelles qui ne font malheureusement pas tout. Car si leur hébergement reste crucial, un autre facteur essentiel à la survie des personnes en grande précarité est aujourd'hui largement affecté par le confinement : le lien social.

L'absence de contact, une conséquence "terrible"

Le 14 mars, le Premier ministre Edouard Philippe annonçait la fermeture des commerces non indispensables. Deux jours après, le 16 mars, Emmanuel Macron demandait aux Français·e·s de s'auto-isoler, et de ne plus sortir de chez eux que pour des raisons exceptionnelles. Depuis, les associations qui viennent en aide aux sans-abri sont débordées. Et doivent se charger, à distance, d'élaborer un maximum de solutions.

"On a des personnes qui se sont retrouvées à la rue dès vendredi soir. Une femme avec deux enfants de 8 et 5 ans, sans hébergement", déplore Alexia Choquet, travailleuse sociale pour Femmes SDF, une organisation d'accueil grenobloise. Leur "local des femmes", populaire dans la région, a la capacité de rassembler une quarantaine de personnes. Il a dû fermer ses portes en début de semaine. Alexia Choquet travaille désormais de chez elle, pour organiser ce qu'elle peut, et rester en contact avec quelques habituées. Elle estime qu'elles sont "les grandes oubliées" du protocole actuel. "Elles mènent une vie de galère, confinement ou pas confinement", affirme-t-elle. "La plupart des femmes que j'ai au téléphone sont dans un état de stress inimaginable : elles ne comprennent pas ce qui se passe."

Ce qui est nocif pour beaucoup d'entre elles, en plus de la désinformation, dont elles sont les premières victimes, c'est d'être isolée. "On s'occupe par exemple d'une femme qui ne vit plus dans la rue, mais qui est encore très proche de ce quotidien", nous confie Alexia Choquet. "Elle continue de faire la manche, d'avoir un lien avec celles et ceux qui y sont encore. Elle m'a demandé de l'appeler deux fois par jours car être seule lui est insupportable". L'association Femmes SDF est un lieu de sociabilité, qui permet justement à celles qui le fréquentent de retrouver l'humanité qu'implique le lien social. "Là, cela n'existe plus. Les femmes sont paniquées car c'est ce qui les fait tenir : de savoir que plusieurs fois par jour, elles vont pouvoir parler à quelqu'un, à d'autres femmes".

Un constat qui inquiète également le réseau Entourage, une association installée à Paris qui prône justement l'échange entre les "voisins" (les citoyen·ne·s qui ne sont pas à la rue) et les personnes en grande précarité comme facteur premier de réintégration.

"Le pire quand on est dans cette situation, au-delà des conditions matérielles évidentes et d'une perte de revenus totale, c'est le délaissement, le sentiment de rejet de la part des passants, qui déshumanise", assure Claire Duizabo, directrice communication de l'organisme. Elle ajoute que cet absence de contact est aussi extrêmement dangereuse d'un point de vue sanitaire, car elle engendre une ignorance parfois totale de la situation. "Ils ne comprennent pas pourquoi il n'y a plus personne dans les rues, pourquoi tout est fermé. Ce sont pourtant des personnes très vulnérables, qui ont beaucoup de problèmes de santé et sont donc à risques".

On estime à 250 000 le nombre de sans-abri en France.
On estime à 250 000 le nombre de sans-abri en France.

Continuer d'aider, même confiné·e

Claire Duizabo le martèle : il est possible - et même essentiel - de contribuer à améliorer leurs conditions de vie, sans pour autant déroger au décret de confinement. En participant au nouveau concept du réseau par exemple, baptisé Les Bonnes ondes, qui propose d'appeler quotidiennement des personnes isolées. En les encourageant à consulter le blog de l'association pour trouver des réponses précieuses à leurs questions, ou à rejoindre les cafés conviviaux en ligne, qui se passent tous les jours à 14 heures, et au cours desquels ils pourront raconter comment ils vivent la situation, trouver un soutien nécessaire.

Sur l'appli d'Entourage aussi, l'entraide se poursuit. La plateforme regroupe 90 000 personnes dans cinq régions de France (Paris, Lyon, Lille, Rennes et le 92). Son principe est simple : on se connecte pour répondre aux demandes publiées directement par les personnes en grande précarité. En ce moment, on y recense des besoins matériaux, d'attestations de déplacement, mais aussi d'interactions. Et de nombreuses personnes concernées s'y retrouvent chaque jour.

"71 % des personnes qui vivent dans la rue possèdent un smartphone avec internet", atteste la responsable pour justifier le choix d'une présence digitale. Toutes les actions de l'association sont menées après concertation d'un comité de la rue, composé de personnes qui y ont vécu, pour viser juste. Le seul impératif en ce moment : "maintenir à tout prix une distance de sécurité", insiste Claire Duizabo. "Ce n'est pas dangereux de parler avec les personnes SDF que vous connaissez, ni de leur faire des courses, tant que vous vous tenez à un mètre et ne touchez pas le sac que vous lui déposez".

Les moyens d'aider sont nombreux, et ne doivent pas forcément dépendre d'un organisme particulier. Ce qu'il faut avant tout, c'est de ne surtout pas oublier de leur demander ce qui leur faut, plutôt que d'improviser une aide qui se révélerait malheureusement "peu productive". Et de "saluer ou échanger- en respectant les gestes barrière et la distance de sécurité- avec les personnes SDF de votre quartier lorsque vous sortez", conclut notre interlocutrice. Car le covid-19 n'est pas le seul fléau qui traîne. La solitude de la rue aussi tue chaque année.