Doit-on discuter de son salaire avec ses collègues de travail ?

Doit-on discuter de son salaire avec ses collègues de travail ?
Doit-on discuter de son salaire avec ses collègues de travail ?
On a beau partager avec ses collègues ses déjeuners du midi, un verre après le travail et les cancans à la machine à café, subsiste un éternel tabou : le salaire. Rarement évoquée entre les quatre murs de l'open space, la question de la rémunération en entreprise reste un sujet brûlant. Pourtant, opter pour la transparence n'a pas que des inconvénients.
A lire aussi
Travail : pourquoi et comment améliorer ses relations avec ses collègues ?
emploi
Travail : pourquoi et comment améliorer ses relations...

Pour peu que l'on s'entende bien avec nos collègues de travail, on rechigne rarement à partager avec eux nos moments de vie : des photos de nos enfants, notre prochaine destination de vacances ou encore le point sur notre recherche de logement.

Subsiste en revanche un ultime tabou qui, quand il est évoqué au travail, suscite malaise et inconfort : le salaire que l'on perçoit à la fin du mois. Rarement évoquée, la question de la rémunération crée reste difficilement abordable dans de nombreuses entreprises, notamment françaises. Interrogée par Glamour, la coach Émilie Devienne explique que cette frilosité autour de salaire est avant tout culturelle. "Dans la religion catholique, l'argent est associé à la luxure, au vice. A contrario, dans les pays anglo-saxons de tradition protestante, il n'y a pas de culpabilité à être riche à condition de faire bon usage de ses revenus."

Résultat, dans les entreprises françaises, nombreux sont les salariés à n'avoir aucune idée de la rémunération de leurs collaborateurs. Selon un sondage réalisé en février 2015 par le site de recrutement en ligne Glassdoor, seuls 37% des salariés français savent combien sont payés les gens qui travaillent à leurs côtés. C'est à peu près la même chose en Allemagne (37%) et au Royaume-Uni (35%), les deux autres pays dans lesquels Glassdoor a réalisé le sondage.

Parmi les salariés au courant du chiffre affiché au bas du bulletin de salaire de leurs collègues, 58% affirment l'avoir appris de la bouche de ces derniers. Les autres l'ont appris par des voies détournées : 16% expliquent en avoir eu vent grâce aux commérages, 6% sont tombés sur un document traînant sur un bureau, et 4% l'ont appris par quelqu'un des ressources humaines.

Plus de transparence pour éviter les dérives

Faut-il pour autant en conclure que le salaire doit rester à jamais marqué du sceau du secret ? Non, selon une majorité de salariés. Selon ce même sondage réalisé par Glassdoor, 63% des sondés se disent prêts à partager, anonymement ou non, le montant de leur salaire avec les salariés.

Les Français affirment d'ailleurs être majoritairement favorables (77%) à une plus grande transparence de leur employeur au sujet de la rémunération. Pour 52% d'entre eux, cela inciterait la direction à faire preuve de plus d'équité entre les salariés. Pour cinq salariés sur dix, cela contribuerait également à réduire les écarts de salaire entre les femmes et les hommes.

Mais les entreprises sont-elles prêtes à communiquer sur les salaires de leurs employés ? Pas sûr. Dans un article publié par TinyPulse , la journaliste Sabrina Son met en lumière les inconvénients que peuvent rencontrer les boîtes qui, après des années de tabou autour du salaire, se mettent à appliquer une politique plus ouverte, notamment lorsque la rémunération est basée sur la performance et que l'écart de salaire entre les cadres supérieurs et celui de leurs subordonnés est exorbitant. "Les employeurs qui envisagent cette nouvelle approche de la transparence autour des salaires devraient évaluer soigneusement les répercussions d'une telle transformation en milieu professionnel. Cela peut être bon pour votre entreprise, ou pas du tout", juge Sabrina Son.