4 stéréotypes de la French Girl qui ne correspondent pas forcément à la réalité

4 stéréotypes de la "French Girl" qui ne correspondent pas forcément à la réalité
4 stéréotypes de la "French Girl" qui ne correspondent pas forcément à la réalité
Elle fascine pour des raisons qui nous semblent parfois (très) approximatives - voire carrément fantasmées. La preuve par 4.
A lire aussi

A en croire les dizaines d'articles issus de sites anglophones, la French Girl (ou "femme française") a la cote. Elle est l'incarnation du cool. Tout ce qu'elle touche se transforme en or ou du moins, en un accessoire impeccable, savamment négligé ou vintage, qui arme sa tenue d'une élégance sans faille. Même son quotidien a quelque chose de romanesque. La façon dont elle vit ses histoires de coeur, ses amitiés, ses passions. Son amour pour la cuisine et les repas délicieux préparés en trois bouts de fromage et deux verres de bon vin. "Le stéréotype de la femme française ressemble à un conte de fées des temps modernes", écrit d'ailleurs Refinery29 lors d'un billet en hommage à notre "savoir-vivre" et "je ne sais quoi", sobrement intitulé "How To Live Like A French Girl For A Month".

Autres magazines, même sujet. Cette fois-ci, Who What Wear explique quelles sont les tendances de l'été que la femme française ne portera jamais cette saison (les bobs et les imprimés tie & dye, apparemment), quand InStyle expose au contraire 4 choses que la French Girl arborerait en ce moment même (des tons chocolat et des sandales ultra-fines, soit-disant). La question demeure : mais qui est cette icône mystérieuse qui a envoûté la planète mode ?

Pas nous, clairement. Car s'il y a bien quelques-uns de ces clichés qui sonnent vrais pour la majorité du pays (le fait d'adorer la bouffe, notamment), la plupart prouvent que par "French Girl", les magazines décrivent surtout une poignée d'influenceuses stylées au fil Insta ultra-léché. Pour les autres, comment vous expliquer... D'accord, être française correspond parfois à un certain mode de vie très agréable, mais celui-ci ne mêle pas forcément tous les ingrédients qu'on vend outre-Atlantique. La preuve avec ces 4 idées reçues, plutôt éloignées de notre réalité.

1- La "French Girl" est toujours chic

Faux. La "French Girl", quand elle se rend à la boulangerie à 11 heures un dimanche matin pour choper un croissant parce qu'elle craint l'hypoglycémie post-cuite, est loin d'être chic. D'accord, elle opte quand même pour une viennoiserie. Mais le chignon et le jogging informes crient davantage "grosse gueule de bois" que "journée stylée à flâner dans mon fauteuil en rotin au milieu de fleurs séchées". Les cernes sont lourds, le crâne aussi. Et il y a fort à parier qu'elle se tape une saison entière des Kardashians dans son pieu, en attendant sa livraison express de croques McDo, plutôt qu'une rétrospective de Godard avec trois tomates du marché assaisonnées au basilic frais.

2- La "French Girl" ne se maquille presque pas

Certes, certaines d'entre nous ont été bénites du ciel et possèdent un teint absolument "parfait" - ou se rapprochant de la définition de perfection que prône l'industrie de la beauté. Pas de boutons, pas de rougeurs, pas de points noirs qui appellent à être percés en urgence. Sauf qu'évidemment, tout le monde n'est pas logé·e à la même enseigne. On se réveille très souvent avec un cratère au milieu du front que seul un tube entier de correcteur Sephora (exit Chanel pour des raisons de budget évidentes) saura camoufler. Pareil quand on sort du métro après une journée de canicule, le teint luisant, et qu'on saute sur notre poudre matifiante histoire d'atténuer la ressemblance frappante avec les beignets huileux de la foire du Trône - et d'étouffer un peu plus nos pores.

3- La "French Girl" a une vie sentimentale palpitante

Encore faudrait-il que notre match Tinder réponde à notre énième texto de soirée, consistant en quelques lettres aléatoires et des emojis chats avec des coeurs dans les yeux. Bizarrement, on le sent moyen. Les seules palpitations qu'on ressente à cet instant précis sont en réalité celles de notre anxiété, qui nous rabâche qu'on aura bien du mal à trouver l'âme soeur avec une technique aussi foireuse (le texto de soirée, j'entends). Mais entre ça ou rester planquée dans notre lit un samedi soir (notre passe-temps favori), on se dit que cette fois, on aura tenté le coup. Rien à voir avec la romance à la Nouvelle Vague où les protagonistes se bouffent des yeux, clope à la bouche, donc. "Tu me parles avec des mots, je te regarde avec des sentiments", disait Anna Karina à Jean-Paul Belmondo dans Pierrot le fou. La seule fois où on a entendu pareille poésie, c'était en préparant le bac de français.

4- La "French Girl" a confiance en elle

La "French Girl" a surtout une peur bleue qu'on découvre qu'elle pleure dans les toilettes du bureau, qu'elle envoie des captures d'écran de messages de ses plans cul à ses ami·es pour avoir des conseils, ou qu'elle se compare à peu près tout le temps aux autres femmes dans la rue. La "French Girl" flippe parfois de ne pas être assez intelligente, assez belle, assez marrante. Elle a des préoccupations de sa génération quelle qu'elle soit, et a aussi le cerveau endommagé par la compétition propre aux réseaux sociaux. Rien qui ne soit particulièrement français, en fin de compte. Mais qui fait d'elle une personne complexe qui ne se résume pas (uniquement) à quelques clichés fantasmés.