Un costume de servante écarlate sexy déclenche un tollé sur Twitter

Le costume de servante écarlate sexy
Le costume de servante écarlate sexy
Une marque de lingerie a cru bon lancer pour Halloween un costume de Servante Écarlate sexy. Les internets n'ont pas du tout apprécié.
A lire aussi

Le féminisme est à la mode. On le met à toutes les sauces. On le retrouve même dans le luxe sur les podiums des défilés de Dior. Mais le risque c'est le feminism washing, cette façon de reprendre des codes féministes dans le marketing alors que la marque ne l'est pas du tout.

C'est ce qui vient de se passer avec la marque de lingerie et de déguisements Yandy, qui a proposé à la vente un costume de la Servante Écarlate, mais en version sexy. La série tirée du livre The Handmaid's Tale de Margaret Atwood en est à sa deuxième saison. Le costume de la servante écarlate, personnage d'une femme soumise mais en lutte dans une société ultra patriarcale, est devenu un symbole partout dans le monde pour celles qui luttent pour les droits des femmes.

Comme l'explique le site Bustle, la marque Yandy n'a pas pu dénommer son costume sous le label Handmaid's Tale pour des raisons de droits, mais l'a appelé "Brave red maiden", soit "courageuse servante rouge". Dans la description on peut lire : "un avenir dystopique bouleversant s'est dessiné où les femmes n'ont plus leur mot à dire. Cependant, nous vous conseillons d'être audacieuse et de dire ce que vous pensez dans ce costume exclusif de courageuse servante écarlate."

Mais pour cette version complètement sortie de son contexte, vendue au prix de 55 euros, pas de bol, cela a été repéré par les internautes qui ne décolèrent pas : "Je suis honnêtement surpris qu'il ait fallu attendre la 2e saison de Handmaid's Tale pour que cela arrive. Aussi, je vais m'en aller maintenant. Probablement pour toujours." ou "Les gars, Yandy vend un costume de "servante sexy" et je pense que je vais être malade. Il n'y avait personne pour dire que ce n'était peut-être pas une bonne idée", et "Le costume de salope de la servante écarlate était la progression naturelle des choses."

Honteuse, la marque a posté un message d'excuse sur Twitter et a retiré le produit.

"Au cours des dernières heures, il est devenu évident que [le costume] est perçu comme un symbole de l'oppression des femmes, plutôt que de leur autonomisation. C'est malheureux, car ce n'était pas notre intention à quelques niveaux que ce soit. Notre inspiration initiale pour la création de cette pièce a été d'en voir l'utilisation ces derniers mois comme une puissante image de protestation. Étant donné la réponse sincère et sensible que cela a provoqué, soutenue par les nombreuses histoires personnelles que nous avons reçues, nous retirons le costume de notre site."

Cette année, une marque australienne avait dû elle aussi retirer des produits de la vente après avoir créé une ligne de vêtements sexy sur la base du mouvement #MeToo.