Helen Mirren en a marre qu'on lui demande ses "secrets de beauté" (et on la comprend)

Helen Mirren le 21 mai 2019
Helen Mirren le 21 mai 2019
L'actrice britannique Helen Mirren n'en peut plus des questions sur son physique. Et elle a donné une petite (et salutaire) leçon aux journalistes.
A lire aussi

Demander à une actrice ou une chanteuse quels sont ses "secrets de beauté" est un grand classique. Et Helen Mirren en a franchement ras la casquette. Dans ce monde obsédé par l'apparence et étranglé par les diktats, la comédienne britannique de 73 ans a tenu à délivrer un message particulièrement opportun.

"J'ai un problème avec le mot 'beauté'", a-t-elle lancé lors d'une interview dans l'émission This Morning sur ITW. "Parce que nous ne sommes pas toutes belles, je ne suis pas belle et je le reconnais. Parfois, je me fais jolie avec beaucoup d'aide... Donc j'aimerais qu'on utilise un autre mot à la place de 'belle'. Je trouve que le mot 'être' est un bon mot."

Elle a poursuivi sur sa lancée, prodiguant avec malice ses meilleurs conseils pour devenir un "être" magnifique. "Mon conseil d''être' est vraiment d'être curieuse et intéressée par les autres personnes. Et ne pas être trop prétentieuse. Donner de l'attention aux autres. Et c'est une façon de devenir plus belle de plein de façons."

Et l'actrice en a profité pour envoyer balader (avec une classe infinie of course) les journalistes décidément très lourds qui la cuisinaient sur ses secrets de coiffure.

"Je m'en fiche tellement ! Je coupe souvent moi-même mes cheveux. J'ai dit à mon super coiffeur Stefan : 'La coiffure que j'ai en ce moment est une coupe que j'ai faite avec les ciseaux de la cuisine il y a une semaine. Peut-être peux-tu la rafraîchir un peu ?"

Les déclarations de la grande Helen Mirren ne peuvent être plus claires : et si on en finissait avec cette tendance toxique à réduire les femmes à leur physique ? Cette mauvaise (et paresseuse) habitude se déploie particulièrement lors des avant-premières ou des cérémonies où les femmes se voient systématiquement questionnées sur leur tenue pour arpenter le tapis rouge. Un double standard symptomatique de l'objectification des femmes, résumées à des porte-manteaux. Il serait grand temps de changer de refrain.

Elle aussi victime de ce grand classique du sexisme ordinaire, Blake Lively, invitée à la soirée "Variety's Power of Women" en 2017, où elle avait été récompensée pour son engagement contre la pédopornographie, avait trouvé une parade parfaite. Interrogée pour la énième fois sur son look, l'actrice avait répliqué du tac-au-tac :

"Vraiment, à un événement comme celui-ci, vous me demandez ce que je porte ? Sérieusement, vous poseriez cette question à un homme ? Je suis ici ce soir pour éveiller les consciences et pour que nous changions. Alors posez-moi une autre question !". Et toc.