Invictus : 5 choses à savoir sur le film avec Matt Damon et Morgan Freeman

Invictus, réalisé par Clint Eastwood
3 photos
Lancer le diaporama
Ce dimanche soir, France 2 diffuse le film de Clint Eastwood en hommage à Nelson Mandela qui a valu une nomination à Morgan Freeman pour l'Oscar du meilleur acteur en 2010.
A lire aussi

En 1994, la fin de l'Apartheid en Afrique du Sud est marquée par l'élection de Nelson Mandela à la tête de l'Etat, mais le pays reste très divisé par les conflits raciaux. Le président décide alors d'unifier son peuple à travers le rugby et l'équipe nationale des Springboks.

Que veut dire Invictus ?

Le terme latin invictus signifie invincible. Il s'agit du titre du poème préféré de Nelson Mandela écrit par William Ernest Henley en 1875. Morgan Freeman, qui incarne Madiba, en dévoile d'ailleurs un extrait dans le film : "Je suis le maître de mon destin, Je suis le capitaine de mon âme."

Un challenge pour Matt Damon

Actuellement à l'affiche du dernier film de Ridley Scott, Seul sur Mars, l'acteur Matt Damon s'est longuement entraîné pour incarner le capitaine de l'équipe sud-africaine, François Pienaar. Et ce grâce à un certain Chester Williams, seul joueur noir de l'équipe vainqueur de la Coupe du Monde de rugby en 1995.

Sébastien Chabal au casting ?

L'un des sportifs préférés des Français et célèbre joueur du XV de France surnommé Attila, Sébastien Chabal, a avoué avoir refusé un rôle dans le film.

Le symbole du maillot n°6

Le film revient sur cette journée historique du 24 juin 1995 où Mandela remet la coupe du monde au capitaine François Pienaar. Il porte sur lui le maillot du joueur, le n°6. Un maillot vert marqué d'une antilope symbole d'un sport réservé aux blancs. Il est alors acclamé pour la foule, composée à 95% de blancs.

Une version de l'histoire critiquée

Si Clint Eastwood a volontairement choisi de réaliser une version optimiste de cette victoire en respectant la chronologie des évènements, les amateurs de rugby eux sont moins satisfaits que les cinéphiles. En effet, la victoire des Springboks avait à l'époque fait débat. Il était notamment question d'un arbitrage favorisé face à la France en demi-finales, ainsi qu'une étrange épidémie gastrique qui avait décimé la moitié de l'équipe des All Blacks, grand favori de la compétition, à quelques heures de la finale.