L'histoire fascinante de la pionnière au visage tatoué

Olive Oatman
Olive Oatman
La vie d'Olive Oatman, une pionnière américaine qui fut capturée par les Amérindiens au 19ème siècle, a inspiré nombre de livres et de films. Le tatouage qu'elle arborait sur le bas du visage et qu'elle avait reçu lors de sa captivité n'y est pas pour rien.
A lire aussi
Se faire tatouer la patte de son chien, la nouvelle tendance qui buzze
News essentielles
Se faire tatouer la patte de son chien, la nouvelle...

A l'âge de 14 ans, Olive Oatman fut enlevée par une tribu d'Amérindiens lors d'un voyage en direction de la Californie en 1850. Alors qu'une grande partie de sa famille fut assassinée, la jeune fille et sa petite soeur âgée de 7 ans furent faites prisonnières.

Devenues des esclaves, les deux captives furent finalement vendues à une tribu de Mojaves. Après avoir été adoptées par le chef de la tribu, elles reçurent chacune un tatouage bleu sur le bas de la figure. Lors d'une grande sécheresse qui décima une partie de la tribu, la petite soeur d'Olive perdit la vie, laissant cette dernière toute seule.

Au bout de quelques années, la présence d'une femme blanche au sein des Indiens Mojave arriva jusqu'aux oreilles des pionniers, qui dépêchèrent un messager pour demander la libération d'Olive Oatman. Après d'intenses pourparlers, celle-ci fut finalement conduite au Fort Yuma pour réintégrer la société blanche. Arrivée là-bas, Olive, devenue une jeune femme, demanda à troquer ses vêtements traditionnels Mojave, qui dévoilaient le haut de son corps, contre une tenue plus occidentale et découvrit que son frère Lorenzo, seul rescapé de l'attaque des Indiens qui coûta la vie à sa famille, l'avait inlassablement cherchée.

De retour parmi les siens, la jeune femme qui avait vécu chez les Mojaves devint une célébrité. Son tatouage contribua en particulier à sa notoriété. Si Olive prétendit que celui-ci avait pour but de la marquer au fer comme une esclave, il semblerait que les tatouages de cetype étaient monnaie courante au sein des Mojave. La vie de la jeune femme inspira un livre sur son existence au sein des Indiens. Devenu un best-seller, cet ouvrage permit de financer les études d'Olive et de son frère Lorenzo. La jeune femme accepta même de participer à des conférences au cours desquelles elle racontait ses cinq années passées dans la tribu amérindienne.

Des questions demeurèrent au sujet de son séjour. En effet Olive nia toute sa vie avoir eu des relations sexuelles avec des Indiens, mais le surnom affectueux que celui-ci lui donnèrent, "Spantsa", suggère le contraire. Une de ses amies expliqua ainsi qu'Olive avait été mariée à un Indien, avec lequel elle aurait eu deux enfants pendant sa captivité.

La jeune femme finit par épouser un éleveur avec lequel elle adopta une petite fille. Elle garda toujours un souvenir ému de son séjour au sein des Mojaves et se rendit à la fin de sa vie à la rencontre d'un chef de tribu afin d'évoquer avec lui ce passé chéri... Olivia, la femme au visage tatoué et à l'incroyable destin, est morte à l'âge de 65 ans.