Les 3 éléments qui déterminent notre bonheur (selon les psy)

Les 3 éléments qui déterminent notre bonheur (selon les psy)
Les 3 éléments qui déterminent notre bonheur (selon les psy)
On aurait tendance à croire que le bonheur est quelque chose qui nous tombe dessus, comme par miracle. Pourtant, c'est là où la plupart des gens se trompent : selon la science, c'est avant tout un état qui se cultive et est à la portée de tous.
A lire aussi

Vous pensiez qu'un compte en banque bien garni ou une relation amoureuse épanouie étaient garants d'un bonheur sans faille ? Vous vous trompez. Mais alors qu'est-ce que serait vraiment le bonheur ? Il semble que la science ait la réponse.

D'après Edward L. Deci et Richard M. Ryan, deux professeurs en psychologie, il existerait des besoins psychologiques basiques vers lesquels nous devrions obligatoirement tendre pour avoir une belle vie : il s'agit de la théorie de l'autodétermination . Un concept selon lequel trois besoins fondamentaux seraient à l'origine de notre bien-être : le besoin d'autonomie, de compétence et d'appartenance sociale.

Le besoin d'autonomie

Selon la science, le besoin d'autonomie serait une des premières clés du bonheur. L'autonomie se traduit ici par le besoin de se sentir à l'origine de ses actions et de ses comportements. Pour résumé : faire les choses pour soi, en étant détachée des autres. C'est ce que l'on appelle les "objectifs intrinsèques" - des projets qui nous impliquent personnellement et nous enrichissent.

A contrario, il y a ce qu'on appelle les "objectifs extrinsèques", soit l'envie d'atteindre un objectif parce qu'il représente ce qu'autrui attend ou aimerait de nous. En somme : la pression sociale. Si les raisons à cela sont multiples (argent, amour, ego ou encore pouvoir), le but reste le même : la recherche d'une récompense ou le refus de la punition. A terme, cette position ne vous apportera que frustration ou, au mieux, une satisfaction momentanée - c'est d'ailleurs la conclusion d'une étude datant de 2008 repéré sur le site Science Direct. Pour remédier à cet état, il est alors important dans ce cas précis de savoir réellement ce que vous voulez être mais aussi devenir et d'établir votre projet de vie.

Le besoin de compétence

Ou en d'autres termes : le savoir. Avoir la volonté d'apprendre de nouvelles choses serait gage de bonheur et de bien-être. Pourquoi ? Pour la simple raison que la connaissance est ce qui nous permet de nous exprimer, de tisser des liens mais également d'obtenir une certaine légitimité vis-à-vis des autres. Et, indirectement, d'avoir une certaine emprise sur notre environnement. Le savoir est en quelque sorte une armure qui nous permet d'affronter tous les problèmes de la vie : on se sent alors apte à relever n'importe quel défi car on sait que l'on pourra tirer profit de nos capacités. Une bonne raison de s'inscrire à des cours en ligne comme les MOOC, non ?

Le besoin de compétence
Le besoin de compétence

Le besoin d'appartenance sociale

Bien que le bonheur soit quelque chose de personnel, notre relation aux autres est primordiale pour le construire. Pour l'atteindre, nos deux professeurs en psychologie préconisent de créer un maximum de lien social. C'est-à-dire être attentif à autrui et se sentir connectée avec eux. Le but étant, à terme, d'être non seulement "reliée" à ce groupe parce qu'on en ressent le besoin mais également parce qu'on constitue un maillon-clé de cette communauté. Et c'est ce sentiment d'appartenance qui va nous permettre de bâtir des projets et de suivre notre voie : la communauté va agir comme un mentor. Bien sûr, ce groupe peut être des membres de la famille ou des amis, c'est à vous de voir. Mais attention, cette connexion ne doit jamais être intéressée.

Finalement, être heureuse semble ne pas être aussi difficile que ça, non ?

Les dossiers