Lily-Rose, victime collatérale du procès Amber Heard-Johnny Depp

Lily-Rose Depp au Met Gala, en 2016
3 photos
Lancer le diaporama
Depuis le début du procès en diffamation de son père Johnny Depp contre son ancienne belle-mère Amber Heard, Lily-Rose est la cible d'un cyberharcèlement colossal.
À lire aussi

"Pas une seule photo de ton père ! Quel genre d'être humain es-tu !" ; "Après des années, tu seras partie et oubliée et les gens ne se souviendront de toi que comme la fille d'un homme légendaire" ; "S'il te plaît, soutiens ton père. Quelle que soit ta relation avec lui, sache qu'Amber n'est PAS LA VICTIME. Soutiens-le, s'il te plaît, parle fort !!!!"

Ces commentaires aberrants ont été repérés par un internaute sous les publications Instagram de Lily-Rose Depp, actrice et fille de Vanessa Paradis et Johnny Depp. Alors que l'acteur est en plein procès en diffamation contre son ex-femme Amber Heard, qui l'accuse de violences conjugales, nombreux·ses semblent juger bon d'attaquer la jeune femme.

"C'est juste fou", commente celui qui les a relayés sur Twitter, halluciné par le comportement de ses semblables.

"Laissez sa fille tranquille"

Grâce à la viralité de son post, plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer le cyberharcèlement dont est victime Lily-Rose Depp. Certaines épinglant une incohérence dans la démarche de soi-disant "fans" du comédien. "Pensent-ils qu'il serait heureux qu'ils harcèlent sa fille ou quoi ?", note par exemple l'une d'elleux.

Une jeune femme dénonce également : "Vous la harcelez tous pour un homme que vous n'avez jamais rencontré. Les relations parasociales sont une maladie. Vous n'avez aucune considération pour le fait que tout cela est peut-être difficile pour elle, vous vous sentez en droit de prendre son temps et son énergie. C'est malsain". Et un dernier de pointer : "Que ce soit des gens qui essaient de donner une mauvaise image des fans de Johnny Depp ou non, laissez sa fille tranquille. C'est son affaire avec Amber. Pas la sienne. Honte à vous tous".

Une attitude abjecte qui n'est pas sans rappeler, dans un autre contexte, celle qu'a subi la chanteuse Angèle lorsque son frère a été accusé d'agression sexuelle. Si cette fois, ce sont les soutiens de Johnny Depp qui pressent sa fille de le défendre, et non des détracteur·rices qui se réjouissent de ce qu'elle doit vivre, le bilan est le même : on considère, plus ou moins consciemment, les femmes comme responsables de ce qui arrive aux hommes qui les entourent. Et on les agresse verbalement pour ça, bien qu'elles n'aient aucun rapport avec l'affaire.

Attention, votre misogynie se voit.