"Je la protège énormément" : Louane évoque sa vie avec sa fille

"Je la protège énormément" : Louane confie son quotidien avec sa fille
"Je la protège énormément" : Louane confie son quotidien avec sa fille
Dans cette photo : Louane Emera
"Je suis une maman louve. Je protège énormément ma fille". Dans les pages du magazine "Gala", la chanteuse à succès Louane a partagé son quotidien de jeune maman.
À lire aussi

Si on la connaît avant tout pour ses performances musicales, dont son dernier album, l'étonnant - et très mélancolique - Joie de vivre, la voix de Louane ne se décline pas seulement au gré des chansons intimistes. C'est également pour témoigner de sa condition de mère que l'artiste s'exprime volontiers.

Dans le magazine Gala, Louane est ainsi revenue sur son quotidien auprès de sa jeune fille, Esmée. L'espace d'une interview, l'interprète s'est confiée sans chichis sur son attitude de maman, pas toujours évidente quand l'on est l'une des personnalités préférées des français, et du jeune public.

On l'écoute, ou plutôt, on la lit : "Je suis une maman louve. Je protège énormément ma fille de toute médiatisation". Une protection qu'elle dit "totale".

"Ce ne sera pas facile"

Et Louane de poursuivre sur le même ton : "Je sais déjà qu'elle va avoir une vie particulière : à l'école, ce ne sera pas facile d'être ma fille par exemple". Une vie à venir que la chanteuse appréhende beaucoup, et qu'elle évoque avec minutie. Il n'est pas rare que la chanteuse s'attarde sur les enjeux de la maternité, quitte à aborder certains tabous.

Il y a peu, elle déclarait ainsi au micro de l'excellent podcast Bliss Stories, dédié à ce sujet : "Après la perte de mes parents, j'ai vraiment switché sur un 'Je ne veux pas d'enfant'. Je n'aurai pas d'enfant, je ne veux pas d'enfant, c'est mort". Je me suis toujours dit que si j'avais un enfant, c'était très risqué. Je n'avais pas envie que mes enfants vivent ce que moi j'ai pu vivre".

Elle est finalement revenue sur cette certitude. Ce qui ne l'a pas empêché d'avoir à affronter certains obstacles. Comme ceux auxquels se confrontent les femmes enceintes par exemple. "Je n'ai pas aimé devoir m'habiller et sortir. Je me sentais pas à l'aise. Aller dans un magasin de fringues où les rayons ne sont pas faits pour les femmes enceintes ou les personnes grosses, j'ai ressenti un sentiment d'injustice. Je me sentais pas bien dans mon corps", confiait-elle encore dans le cadre de Bliss Stories.

Dans l'actu