Pourquoi Switch n'était pas joué par une personne trans dans "Matrix" ?

Le personnage de Twitch dans Matrix devait être transgenre.
A l'occasion de la sortie de "Matrix Résurrections", quatrième opus de la célèbre saga de soeurs Wachowski à découvrir en salles le 22 décembre prochain, Keanu Reeves, interprète de Néo, s'est exprimé sur un personnage en particulier, celui de Switch.
A lire aussi

"Je pense que le studio Warner Bros n'était pas prêt pour ça". Voilà ce qu'a affirmé Keanu Reeves au magazine Entertainment Weekly, le temps d'une interview dédiée à la saga Matrix, dans laquelle il incarne Néo. Ce "ça" concerne justement un personnage des films des soeurs Wachowski : Switch.

Switch est un personnage très symbolique de Matrix. Dans le premier brouillon de Lana et Lilly Wachowski, il devait être dépeint comme un homme dans le monde réel, mais comme une femme dans la matrice, comme le rappelle le média Them. Face à la pudeur des studios de production, Switch est finalement devenu une femme au look androgyne, incarné par la comédienne Belinda McClory.

A l'origine, Switch devait donc être une figure transgenre, et aurait pu être l'une des plus emblématiques de la pop culture.

"Une matrice explicitement queer"

Switch, le personnage de Matrix.
Switch, le personnage de Matrix.

"La remarque de Keanu Reeves invite à poser la question : plus de 20 ans après la sortie du premier Matrix, Hollywood est-il enfin prêt pour une matrice explicitement queer ?", s'interroge ainsi Them. "Quelles sont les chances qu'un groupe de guérilla ne contienne aucune personne trans ? C'est plus irréaliste qu'autre chose dans une saga comme Matrix", ironise encore le site.

Difficile de ne pas raccrocher Matrix au parcours de ses créatrices, et notamment à la transition de genre de Lana en 2010 et Lilly Wachowski en 2016. Pour les réalisatrices, l'écriture du personnage de Néo est d'ailleurs une allégorie de la transidentité. "Je suis heureuse que cette intention initiale ait été révélée par les fans. A l'époque, le monde de la production n'était pas prêt pour cela", déclarait ainsi Lilly Wachowski l'an dernier.

"Cette saga est née de beaucoup de colère, contre le capitalisme et toutes les formes d'oppression, mais aussi d'une rage bouillonnante concernant ma propre oppression, subie pendant tout ce temps où je [me forçais] à rester dans le placard", poursuivait la réalisatrice. A l'identique, le personnage de Switch devait représenter cet enjeu. Trop tôt, apparemment.