Même consommé avec modération l'alcool affecte notre cerveau

Même consommé avec modération, l'acool a des effets sur le cerveau
Même consommé avec modération, l'acool a des effets sur le cerveau
On pensait qu'en buvant à petites doses, on limitait les dégâts mais d'après les scientifiques, cela n'empêcherait pas l'alcool de causer des dommages à notre cerveau. Explications.
A lire aussi

Si l'on apprenait récemment, via une étude, pourquoi l'alcool a tendance à nous transformer en bisounours, une nouvelle étude britannique publiée le mois dernier sur The BMJ nous rappelle que même consommé avec modération, l'alcool n'est pas bon pour la santé.

Une conclusion drastique obtenue suite à une étude longitudinale étendue sur 30 ans, au cours de laquelle les chercheurs ont examiné le cerveau de 550 personnes non-considérées comme dépendantes de l'alcool. Et selon eux, la consommation d'alcool, même à des niveaux modérés, a des impacts négatifs sur le cerveau.

Parmi les observations effectuées, le fait que plus les personnes avaient bu et plus elles étaient sujettes à un risque élevé d'atrophie de l'hippocampe, forme de lésions cérébrales pouvant engendrer des pertes de mémoire similaires à celles engendrées par la maladie d'Alzheimer ainsi que des crises de démence. Les gens considérés comme des "gros buveurs" avaient également connu une baisse plus rapide de leurs compétences linguistiques et une plus grande perte de substance blanche - tissu du système nerveux central nous aidant à organiser notre processus de pensées rapidement.

Mais jusqu'ici, rien de très surprenant, tant on nous a répété à quel point l'alcool, consommé à outrance, pouvait provoquer des ravages sur notre santé physique et mentale. Là où les chercheurs ont été plus étonnés, c'est que les buveurs modérés semblaient également sujets à des troubles cérébraux et notamment à un risque élevé d'atrophie de l'hippocampe en comparaison aux non-buveurs. "Nous avons été surpris de constater que les buveurs légers à modérés ne semblent pas jouir de cet effet protecteur", a déclaré le Dr. Anya Topiwala, co-auteure principale de l'étude et conférencière clinicienne au département de psychiatrie de l'Université d'Oxford, à CNN. Or, selon le Dr. Topiwala, ces gens ne sont pas considérés comme de gros buveurs mais plutôt comme "des buveurs sociaux, ils ne boivent pas beaucoup".

Pas plus d'un verre de vin

Cela signifie-t-il que pour éradiquer tout risque il faille ne plus ingurgiter une seule goutte d'alcool ? Pas tout à fait, mais presque. En effet, les chercheurs ont ainsi convenu que boire avec modération se résumait à ne consommer qu'un seul verre d'alcool par jour... avec une tolérance légèrement supérieure le week-end. Et quand bien même vous dépasseriez, ponctuellement, ce quota, le Dr. Eric Rimm, professeur de médecine et directeur du programme d'épidémiologie cardiovasculaire chez Harvard T.H. Chan School of Public Health, nous rassure quand même un peu : "Il existe tant d'autres facteurs de style de vie qui ne sont pas pris en compte dans cette étude, comme la nutrition". Et en effet, manger sain, varié et équilibré et pratiquer une activité physique régulière peut aider à atténuer le dernier petit verre de trop que l'on aura (peut-être) avalé ce week-end !