"On ne travaille pas si on le dit" : Muriel Robin balance sur la lesbophobie dans le cinéma

"On ne travaille pas si on le dit" : Muriel Robin évoque la lesbophobie du cinéma
"On ne travaille pas si on le dit" : Muriel Robin évoque la lesbophobie du cinéma
La comédienne Muriel Robin aborde la façon dont l'industrie du septième art l'a évincée après qu'elle ait fait son coming out.
À lire aussi

Invitée sur le plateau de l'émission Jordan de Luxe, Muriel Robin s'est livrée sur "le plus grand chagrin de [sa] vie", celui d'être "passée à côté du métier qu'[elle] voulait faire". Et ce métier n'est autre que celui d'actrice de cinéma.

On pourrait se dire que la comédienne et humoriste fait pourtant partie des célébrités les plus appréciées et connues du paysage audiovisuel français, mais pour elle, c'est le grand écran qu'elle visait. Et elle l'affirme : si elle n'y a pas fait carrière, c'est à cause des nombreuses discriminations lesbophobes et homophobes qui règnent dans l'industrie du cinéma français.

"Dans le métier, faut pas dire qu'on est homosexuelle parce qu'on ne travaille pas si on le dit. Preuve en est que pendant 30 ans moi je n'ai pas fait de cinéma", confie-t-elle. "On ne vous le dit pas mais ça m'est apparue le mois dernier. C'est une évidence. Comment vous expliquez qu'en 30 ans, on ne m'ait pas vue au cinéma ? Vous l'expliquez comment ?," s'interroge-t-elle.

Selon elle, les réalisateurs mettraient "les homos avec les homos, les hétéros avec les hétéros".

"Je n'aurais pas dû faire 'Les Visiteurs 2'"

Un rôle de cinéma, il y en a pourtant un qui a marqué les spectateurs et spectatrices français·e·s. Celui de Béatrice de Montmirail dans Les Couloirs du temps : Les Visiteurs 2, qu'elle a repris après que Valérie Lemercier, qui l'interprétait dans le premier volet de la saga réalisée par Jean-Marie Poiré, ait refusé de continuer l'aventure.

"Je n'aurais pas dû le faire. Déjà quand on n'est pas choisie, c'est pas terrible, mais être choisie en deuxième... Je l'ai fait quand même parce que Valérie Lemercier ne voulait pas le faire, mais je ne suis pas une deuxième. C'est pas très bon pour son ego", estime Muriel Robin. "Je n'ai pas été heureuse et donc je n'ai pas été très drôle et je n'ai pas été très bonne non plus".

Aujourd'hui, on peut la voir à l'affiche de Mon ange, sur TF1. En 2018, elle avait livré une performance remarquée dans Jacqueline Sauvage : C'était lui ou moi, incarnant une Jacqueline Sauvage bouleversante et mettant en lumière un combat qui lui tient particulièrement à coeur : la lutte contre les violences conjugales.