Netflix offre un an de congé parental payé à ses salariés

Netflix offre un an de congé parental payé à ses salariés
Netflix offre un an de congé parental payé à ses salariés
Pour permettre aux jeunes parents qu'elle emploie de consacrer plus de temps à leur enfant, la société américaine Netflix leur offre un an de congé parental rémunéré. Une offre de "congé illimité" qui pourrait finalement s'avérer être un cadeau empoisonné.
A lire aussi
Un congé payé pour les victimes de violences conjugales en Nouvelle-Zélande
News essentielles
Un congé payé pour les victimes de violences conjugales...

C'est le genre de cadeau que tous les jeunes parents aimeraient un jour recevoir de la part de leur employeur : des congés illimités pour pouvoir rester auprès de leur enfant récemment né ou adopté.

Mardi 4 août, le service américain de vidéo à la demande Netflix a annoncé dans une note de blog que cela serait désormais possible pour ses employés, hommes ou femmes, après l'arrivée d'un nouvel enfant dans leur foyer.

"Nous introduisons une politique de congé illimité pour les nouveaux mamans et papas, qui leur permet de prendre autant de temps qu'ils veulent pendant la première année suivant la naissance ou l'adoption d'un enfant [...] Les parents peuvent revenir à temps partiel, à plein temps, ou revenir et repartir (en congé parental) comme ils en ont besoin. Nous continuerons de les payer normalement", précise la direction de Netflix. "L'expérience montre que les gens ont de meilleures performances au travail quand ils ne s'inquiètent pas pour ce qu'il se passe à la maison", poursuite Tawni Cranz, la DRH de Netflix, qui affirme vouloir ainsi "conserver les personnes les plus talentueuses".

Les congés illimités, une fausse bonne idée ?

Aux États-Unis, où la loi fédérale américaine n'accorde aux jeunes mères qu'un congé maternité de 12 semaines, non rémunéré, et seulement à certaines conditions (être salariée depuis au moins douze mois, avoir travaillé plus de 1 250 heures durant ces douze mois, et dans une entreprise de 50 employés ou plus), l'annonce de Netflix a fait l'effet d'une bombe.

Pourtant, le service de vidéo à la demande est loin d'en être à son premier coup d'essai. Comme Virgin, pionnier dans le domaine, Netflix autorise ses salariés à prendre autant de jours de congés qui le souhaitent, sans en référer à leurs supérieurs hiérarchiques. À une condition toutefois : qu'ils soient à jour dans leurs dossiers et projets.

Pourtant, aussi séduisante la "culture de liberté et de responsabilité" prônée par Netflix soit-elle, celle-ci risque de rapidement montrer ses limites pour les salariés. Persuadés de ne jamais avoir achevé les missions qu'on leur a confiées, les plus zélés d'entre eux risquent fort de ne jamais goûter aux joies des congés illimités, qu'il s'agisse de simples vacances ou d'un congé parental d'une année.

Le principe des congés illimités est aussi hautement culpabilisant pour les salariés qui ont décidé d'en profiter. "Face à une jeune mère qui revient travailler à temps complet après avoir pris six semaines de congés, celle qui reprend à mi-temps au bout de quatre mois ne risque-t-elle pas de passer pour une tire-au-flanc ?", se demande sur Slate.com L.V. Anderson.

De son côté, Netflix a tout à gagner de ce type d'annonce fracassante : en plus de rejoindre le cercle très fermé des entreprises "cools" et sensibles au bien-être de ses employés, elle pourrait bien y gagner en termes de productivité et d'efficacité de ses salariés .