À 7 ans, elle a fait changer des panneaux sexistes en Nouvelle-Zélande

À 7 ans, elle a fait changer des panneaux sexistes en Nouvelle-Zélande
À 7 ans, elle a fait changer des panneaux sexistes en Nouvelle-Zélande
Choquée par le caractère sexiste de panneaux de signalisation dans une ville de Nouvelle-Zélande, une fillette de 7 ans a sommé la compagnie responsable de l'affichage de faire figurer une inscription plus égalitaire. Cette initiative aussi surprenante que géniale a fait le tour des réseaux sociaux.
A lire aussi
La super réplique d'un papa au panneau sexiste d'un supermarché
News essentielles
La super réplique d'un papa au panneau sexiste d'un...

Elle n'a que 7 ans mais a déjà tout d'une militante. Zoe Carew, petite fille originaire de Nouvelle-Zélande, a fait la fierté de tout son pays en se battant pour que des panneaux de signalisation sexistes soient retirés des routes. L'histoire commence dans la ville d'Eastbourne, située à une centaine de kilomètres de la capitale Wellington.

"La semaine dernière, mon père nous conduisait en voiture mon frère mes grands-parents et moi à Eastbourne. Nous avons vu des ouvriers travailler sur le bord de la route. À côté d'eux, il y avait un panneau qui indiquait 'linemen' [NDRL : hommes en charge de l'entretien des lignes] (...) Je me demandais pourquoi c'était écrit "hommes" alors que les femmes peuvent réparer les lignes électriques elles aussi", explique la fillette dans un post publié sur le compte Twitter de sa mère Caitlin Carew.

"Pourquoi le panneau dit "linemen" alors que ces gens peuvent être des hommes ou des femmes ?"

Indignée, la petite Zoe n'a alors plus qu'une idée en tête : écrire aux "responsables" pour les convaincre de changer les panneaux. Avec l'aide de son père, elle trouve les coordonnées de la New Zealand Transport Agency sur internet et rédige une lettre à l'attention du directeur Fergus Gammie.

"Pourquoi le panneau dit "linemen" alors que ces gens peuvent être des hommes ou des femmes ? Je n'ai pas vraiment envie de devenir réparatrice de ligne électrique quand je serai grande [...], mais certaines filles voudront peut-être apprendre à l'être. Pouvez-vous, s'il vous plaît, changer le panneau pour dire "line-workers" à la place, ou quelque chose de plus correct et juste ?", l'interpelle-t-elle dans sa missive.

L'argumentaire de la petite Zoe fait mouche : elle reçoit quelques jours plus tard une réponse de Fergus Gammie en personne qui la remercie chaleureusement. "Chère Zoe, merci pour ta lettre du 18 juin et ta suggestion de modifier les panneaux. Je t'admire pour ta suggestion et pour avoir réagi parce que tu as trouvé qu'une injustice pouvait être réparée. Bien joué", lui écrit-il.

Le directeur termine sa lettre en promettant à l'enfant que les panneaux seront remplacés, même si cela prendra probablement "un peu de temps". La requête de la fillette devrait donc finalement aboutir, exception faite qu'au lieu de "line-workers" ("ouvriers de ligne"), les nouveaux panneaux afficheront "line-crew" ("équipe").

Pas peu fière, la maman de Zoe a publié l'intégralité de l'échange épistolaire de sa fille et de la New Zealand Transport Agency sur son compte Twitter. Sa publication a récolté plus de 2000 mentions "j'aime" et a été partagée près de 500 fois sur le réseau social.