Voici la pub sur la douleur post-partum que les Oscars ont censurée

Voici la pub sur la douleur post-partum que les Oscars ont censurée
Voici la pub sur la douleur post-partum que les Oscars ont censurée
Elle devait passer le soir de la cérémonie des Oscars 2020, cette pub a été rejetée car elle montrait la réalité du retour à la maison après l'accouchement.
A lire aussi

"Too graphic" ("Trop explicite"). Voilà la raison pour laquelle la Motion Picture Academy a refusé de passer une publicité qui montre les douleurs post-partum dans les spots diffusés lors de la soirée des Oscars 2020 ce dimanche 9 février. Pourtant, la vidéo "n'est pas de nature 'violente, politique' ou sexuelle", garantit Frida Mom, marque de produits dédiés aux soins post-accouchement derrière le clip, sur Instagram.

"Notre publicité n'est pas 'religieuse ou obscène' et ne représente pas 'des armes ou des munitions'. 'L'hygiène féminine et le soulagement des hémorroïdes' sont également des sujets interdits. C'est juste une nouvelle maman, à la maison avec son bébé et son nouveau corps pour la première fois."

On y voit en effet une mère qui se réveille en pleine nuit, en entendant les pleurs de son bébé, et se dirige vers les toilettes. Elle porte une serviette hygiénique épaisse, maintenue par une culotte en filet, comme celles qui sont distribuées à la maternité. Son ventre est encore rond, elle semble avoir accouché il y a quelques jours. Sur la cuvette, elle tente de s'appliquer une lotion, et le rituel a l'air compliqué (ce qui est toujours le cas). On devine cette douleur si typique à sa démarche et à la difficulté qu'elle a de s'asseoir. Mais il n'y a pas de sang, pas de nudité. Seulement une censure inexplicable.

"Et nous nous demandons pourquoi les nouvelles mamans ne se sentent pas préparées", déplore Frida Mom.

"Normaliser l'expérience corporelle d'une femme dans les médias"

Cette interdiction a suscité de vives critiques, et notamment de la part de l'actrice Busy Philipps, qui s'est exprimée sur Instagram : "D'une part parce qu'il s'agit clairement d'une publicité faite par des femmes qui ont vécu ça et le comprennent, et d'autre part parce que je crois fermement que plus nous pourrons NORMALISER L'EXPÉRIENCE CORPORELLE D'UNE FEMME DANS LES MÉDIAS, mieux notre culture et notre société s'en porteront".

Elle accuse également la société américaine de nier l'humanité des femmes. "J'en ai tellement marre de vivre dans une société où le simple fait d'être une femme est rejeté par les médias. Eh bien. Honte à eux et NON à nous pour être simplement des femmes humaines."

Ce qui choque d'autant plus l'actrice et animatrice, ce sont les double standards à l'antenne. Elle note d'ailleurs que de nombreux téléspectateurs "ne bronchent probablement même pas lorsqu'une publicité sur les troubles de l'érection passe, mais cette publicité est rejetée !", s'indigne-t-elle. "Je pense que c'est une publicité incroyable qui représente fidèlement quelque chose que des millions de femmes connaissent intimement". Et on ne pourrait pas être plus d'accord.