"Salut les gouines" : la maire Emmanuelle Pierre-Marie partage un courrier lesbophobe abject

La maire écologiste du 12e arrondissement de Paris Emmanuelle Pierre-Marie le 18 septembre 2020.
La maire écologiste du 12e arrondissement de Paris Emmanuelle Pierre-Marie le 18 septembre 2020.
"Salut les gouines". Sur ses réseaux sociaux, la maire écologiste Emmanuelle Pierre-Marie a partagé un courrier ouvertement sexiste et lesbophobe. Une lettre répugnante que la femme politique dévoile au public afin d'éveiller les consciences.
A lire aussi

Maire écologiste du 12e arrondissement de Paris, Emmanuelle Pierre-Marie n'a jamais caché ses convictions féministes. Aujourd'hui, la femme politique et sociologue les revendique d'autant plus sur Twitter. A l'adresse de ses près de 10 000 followers, la Maire a partagé les extraits d'une lettre qu'elle a reçue. Un courrier plein de haine, également destiné à l'élue écologiste Alice Coffin. Que peut-on y lire ? Des horreurs.

"Mesdames, avec la tronche que vous avez c'est sûr que les mecs vont pas se bousculer au portillon pour vous tringler. Mais foutez nous la paix, broutez vous le minou et fermez vos gueules", y vomit le rédacteur anonyme. Dessin de pénis à l'appui, celui-ci ajoute : "Ci-joint un aperçu de ce qui pourrait vous faire grimper aux rideaux". Horrifiant. Et la missive de s'achever par un : "Salut les gouines !".

Aux photographies de ce courrier, Emmanuelle Pierre-Marie accole un commentaire intime : "Être femme en politique et être lesbienne en politique c'est recevoir quotidiennement des insultes". De quoi indigner.

Une lesbophobie trop banalisée

C'est pour "que cette violence soit sue", écrit l'écologiste, que celle-ci a partagé ce courrier. Et elle a bien fait : son message mis en ligne le 3 mars dernier a déjà été relayé plus d'une dizaine de milliers de fois. Sous les photos, les réactions de soutiens abondent.

"Répugnant. Tout mon soutien et merci infiniment pour votre engagement sans faille", "Une honte. Total soutien. Ce sont [ces mecs] qui sont absolument ridicules et dangereux. Frustrés pathétiques", "Les hommes et leur ego si fragile qu'ils compensent en haine et en immaturité. J'pense qu'il devait déjà être fier de dessiner des bites sur son cahier", peut-on ainsi lire sous le tweet initial.

Des personnalités, comme la chanteuse Jeanne Cherhal, y vont également de leur appui sororal. "Quelle vulgarité, quelle violence et quelle connerie d'un autre temps... Soutien total à vous deux, bravo d'avoir partagé. En espérant que cet obscurantiste dégueu soit démasqué et poursuivi pour cette agression. Force à vous !!!", a décoché l'artiste engagée à l'adresse d'Emmanuelle Pierre-Marie et Alice Coffin.

"Maire du 12e arrondissement, je ne cesserai, avec Alice Coffin et toute mon équipe, de mener une politique féministe", poursuit justement la principale concernée. Dans son essai, Le génie lesbien, tout comme dans ses prises de parole diverses, l'élue écologiste au Conseil de Paris et activiste lesbienne et féministe Alice Coffin n'hésite d'ailleurs pas à fustiger cette lesbophobie trop banalisée. Récemment encore, elle affirmait au magazine Marie Claire "qu'être lesbienne est encore considéré comme menaçant : les lesbiennes sont perçues comme un péril pour la société patriarcale, qui a été construite autour de la figure de l'homme, du père, de l'époux".

Des voix masculines qui rétorquent à cette présence publique et politique par un flot de haine. Une violence qui réclame justice : la maire écologiste du 12e arrondissement a déjà déposé plainte.