Mais au fait, quels sont les pays européens dirigés par des femmes ?

Elisabeth Borne est la nouvelle Première ministre d'Emmanuel Macron. Cependant il n'est pas si courant que des femmes occupent de hautes fonctions en Europe... Plus encore, cela relève souvent de la première fois. Panorama.
À lire aussi

Ce 16 mai, Elisabeth Borne, 61 ans, a été officiellement nommée Première ministre. Et ce après avoir occupé plusieurs postes durant le premier quinquennat d'Emmanuel Macron : ministre chargée des Transports, ministre de la Transition écologique et solidaire, ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion...

Mais en Europe, les femmes occupant des postes de pouvoir ne sont pas si nombreuses. Doux euphémisme. Quand bien même certains pays comme la Finlande se démarquent : là-bas, on a déjà pu observer trois Premières ministres et une présidente prendre les rênes du gouvernement, rappelle à raison le magazine Le Vif. En Europe, poursuit le journal, il faut compter 39 chefs d'Etat pour seulement... 7 cheffes du gouvernement.

La Finlande ne fait cependant pas exception.

Un monde politique encore trop patriarcal

Hormis la Finlande, actuellement dirigée par la Première ministre Sanna Marin, 36 ans, chercher des cheffes du gouvernement implique d'aller au Danemark (Mette Frederiksen, plus jeune Première ministre de son pays), en Suède (la femme d'Etat Magdalena Andersson, Première ministre depuis 2021) ou encore en Estonie (où c'est l'avocate et députée Kaja Kallas, Première ministre depuis l'an dernier, qui tient les rênes).

Sans oublier la Lituanie, où l'économiste et femme politique Ingrida Šimonytė occupe la fonction de Première ministre. D'accord, mais les présidentes alors ? A ce titre, impossible de ne pas citer la Grèce et Ekaterini Sakellaropoulou, Présidente de la République hellénique et première femme à occuper ce poste au sein du pays. Mais aussi la Croatie et Zuzana Caputova, première Présidente de la République slovaque. Même exception pour Katalin Novak, première femme à être devenue la présidente de la République de Hongrie.

En Europe toujours, l'on pourrait évoquer la femme d'État kosovare Vjosa Osmani et la dirigeante moldave Maia Sandu, respectivement Présidente(s) du Kosovo et de la Moldavie. Mais l'on pourrait encore citer la femme politique progressiste Ana Brnabic, 46 ans, présidente du gouvernement de Serbie, ou bien encore l'ancienne diplomate Salomé Zourabichvili, présidente de Georgie, et première femme à être élue à la tête du pays.

Comme on l'observe, cette prise de pouvoir fait souvent office de "première fois" historique dans bien des pays européens, signe d'un monde politique majoritairement patriarcal, où les décisions se déclinent encore bien trop au masculin, et où la sororité reste encore à construire. En 2021, l'Estonie devenait le seul pays au monde à concilier une femme présidente de la République et une femme Première ministre. Deux ans auparavant, Sanna Marin devenait à 32 ans la plus jeune cheffe de gouvernement au monde. Il y a encore du boulot.