Ses fesses filmées en gros plan : la grimpeuse Johanna Färber reçoit des excuses

Ses fesses filmées en gros plan : la grimpeuse Johanna Färber reçoit des excuses
Ses fesses filmées en gros plan : la grimpeuse Johanna Färber reçoit des excuses
Un plan rapproché des fesses de Johanna Färber, grimpeuse autrichienne, avait été diffusé alors qu'elle disputait la demi-finale des championnats du monde de Moscou. Aujourd'hui, la fédération internationale d'escalade présente ses excuses pour l'objectification flagrante.
A lire aussi

Comment réduire une femme à son apparence en moins de temps qu'il en faut pour dire "sexisme" ? En filmant et diffusant un gros plan de ses fesses plutôt que de sa progression sur un mur imposant alors qu'elle dispute la demi-finale des championnats du monde d'escalade. C'est ce qui est arrivé à la grimpeuse autrichienne Johanna Färber, pas plus tard que la semaine dernière. Un incident qui avait déclenché une indignation méritée, dans les rangs sportifs comme dans les médias.

Aujourd'hui, la Fédération internationale d'escalade (IFSC) a présenté ses excuses à l'athlète. "L'IFSC condamne l'objectivation du corps humain et prendra des mesures supplémentaires pour y mettre fin et protéger les athlètes", peut-on lire dans un communiqué. Une déclaration qui pourrait sembler bienvenue et sincère si une situation similaire n'était pas déjà survenue en juin dernier, à Joanna Färber également.

À l'époque, la jeune femme avait publié quelques mots sur les réseaux sociaux, expliquant à quel point elle avait été gênée et priant les spectateurs, diffuseurs, producteurs à "arrêter de sexualiser les femmes dans le sport et à commencer à apprécier leurs performances." Visiblement, son message n'avait pas été entendu par tous.

"Très inquiétant et décevant"

Natalie Berry, ancienne grimpeuse britannique et rédactrice en chef de UK Climbing.com a déclaré auprès de Sky News : "Le fait que cet incident grossier se reproduise pour la même athlète est très inquiétant et décevant, à une époque où le sport attire plus d'attention qu'avant et où davantage de filles et de femmes sont initiées à l'escalade."

Elle poursuit, évoquant l'hypothèse que les cadreurs et rédacteurs n'aient pas voulu particulièrement objectifier le corps de Joanna Färber, puis appelant à ce qu'ils prennent leurs responsabilités. "Dans le contexte de la sexualisation des femmes dans le sport tout au long de l'histoire, c'est tout simplement inapproprié."

"En tant qu'athlète, la confiance en soi est un facteur important dans la compétition", continue-t-elle encore. "Si les athlètes ont le sentiment que leur structure corporelle est présentée de manière inadéquate à l'écran, cela pourrait affecter injustement leurs performances ainsi que leur état mental."

Si Joanna Färber ne s'est pas encore exprimée, le président de l'IFSC Marco Scolaris, lui, s'agace de ces "erreurs" à répétition. Et lâche : "Combien de fois les choses devront-elles être mal faites avant que nous apprenions à les faire correctement ?"