Le festival réservé aux femmes en Suède reconnu coupable de discrimination

Un festival 100% féminin en Suède
Un festival 100% féminin en Suède
Le premier festival interdit aux hommes s'était tenu cet été en Suède. Un rassemblement qui vient d'être épinglé pour discrimination par le défenseur des droits local.
A lire aussi
"Discriminé" face à une femme, il touchera 300 000 euros
News essentielles
"Discriminé" face à une femme, il touchera 300 000 euros

Lassée par les histoires d'agressions sexuelles dans les festivals, la comédienne suédoise Emma Knyckare avait pris la décision en 2017 d'organiser un festival 100 % non-masculin.

Baptisé Statement, il a eu lieu du 31 août au 1er septembre dernier et a été monté grâce à une campagne de crowdfunding. L'initiatrice du projet souhaitait en faire un espace sûr pour les femmes.

Mais retournement de situation. Le médiateur pour l'égalité (DO) a ouvert une enquête sur le festival en juillet. Et sa décision vient de tomber. Pour cette instance, le festival Statement est accusé de discrimination.

Le festival Statement

Dans sa décision, la Haute autorité chargée des questions de discrimination indique que même si "aucune distinction fondée sur le sexe n'a été faite entre les visiteurs à l'entrée", les déclarations faites par l'entreprise avant l'événement "découragent un certain groupe à assister à l'événement". Ce qui violerait la loi interdisant la discrimination sexuelle.

Cependant, l'agence a constaté que personne n'avait subi de dommages du fait de ces restrictions. Aucune pénalité ne sera donc imposée aux organisatrices.

"Il est important de souligner ce qu'est une infraction. [...] Pourtant, nous n'avons pas été en mesure de prouver que quelqu'un aurait été victime de discrimination dans le cadre de la mise en oeuvre ou que quelqu'un aurait été rejeté", explique-t-elle au Guardian.

La Haute autorité rappelle qu'elle est à l'écoute pour trouver des solutions aux agressions : "De toute évidence, nous pensons que les abus sexuels, surtout dans les festivals, constituent un problème grave. Nous sommes donc impatients d'essayer de corriger cette situation."

Mais ces solutions ne doivent pas être discriminantes : "Cependant, cela ne devrait pas se produire d'une manière qui viole la loi, ce que leurs déclarations dans les médias et sur leur site Web [ont fait]."

Dans un communiqué publié le 17 décembre sur leur page Facebook, les organisatrices du festival répliquent : "Nous avons pris connaissance de votre décision. Il est triste que ce que 5 000 femmes, non-binaires et transgenres ont vécu comme un festival qui a changé leur vie, a rendu fou quelques hommes cis (un homme dont le genre correspond à celui biologique qu'on lui a attribué à la naissance- Ndlr)".

Suite à cette décision, les organisatrices ne vont pas baisser les bras : "Le succès du festival Statement montre que c'est exactement ce dont nous avons besoin et le verdict du médiateur ne change rien à ce fait. Sinon, nous n'avons pas de commentaires. Nous sommes occupées à changer le monde."