Faire un bébé avec un inconnu ? Le concept de cette émission de télé-réalité scandalise

Faire un bébé avec un inconnu ? Le concept de cette émission de télé-réalité scandalise
Faire un bébé avec un inconnu ? Le concept de cette émission de télé-réalité scandalise
Diffusée en Belgique à partir de ce lundi 18 octobre, l'émission "Ik wil een kind" propose à des inconnu·e·s qui désirent mais ne peuvent pas avoir d'enfant un système de "coparentalité consciente", soit d'en faire un et de s'en occuper ensemble.
A lire aussi

Ik wil een kind ("Je veux un enfant", en français) est le nouveau show de télé-réalité produit par la chaîne belge VTM, dont la diffusion du premier épisode est prévue ce lundi 18 octobre. Le concept, pour le moins inédit, suscite déjà la polémique.

Pour résumer : l'émission propose à des personnes célibataires ou en couple ne pouvant concevoir d'enfant, pour causes sociétales ou médicales, et ne se connaissant ni d'Eve ni d'Adam, de se rencontrer et de, s'elles le souhaitent, faire un bébé.

Le but : proposer aux candidat·e·s un système de "coparentalité consciente" ou "coparentalité choisie", soit le fait de devenir parents sans qu'il n'y ait de liens romantiques à la base. Il pourra y avoir deux, trois ou quatre parents, explique le HuffPost.

Pour la maison de production PIT, à l'origine du programme, il s'agit également de mettre en lumière un vide juridique. En Belgique, les familles de trois, quatre parents existent de fait mais ne sont pas reconnues. "Celui qui souhaite se lancer là-dedans aujourd'hui doit tout apprendre par lui-même. Il n'y a pas de cadre pour ça. Nous espérons changer cela, en permettant aux parents d'être guidés par différents experts", déclare Lander Kennis, l'un des employé·e·s de la société.

Ainsi, un psychologue, médecin et avocat seront présent·e·s pour accompagner les participant·e·s et s'assurer du bien-être de l'enfant.

Exploitation ou ouverture de débat ?

Sur les réseaux sociaux et au sein du pays, les voix sont divisées. La commissaire belge aux droits de l'enfant, Caroline Vrijens, analyse ainsi auprès de Courrier International : "On parle d'un enfant, quand même. Ça me paraît difficile de traiter un sujet aussi complexe dans un programme de divertissement". Et comment. "Mais à part ça, c'est une bonne chose d'ouvrir le débat. Car notre législation sur la famille est complètement dépassée, dans la réalité, il n'y a pas que des familles classiques."

Pour Benjamin Dalle, ministre flamand de la Jeunesse, il est essentiel de se souvenir qu'"avoir un enfant est différent de l'achat d'une maison ou de la recherche d'un partenaire. L'intérêt supérieur de l'enfant doit toujours passer en premier."

A savoir également que ce premier épisode vise seulement à présenter le concept et à lancer un appel à candidat·e·s. Reste à ce que quelques-un·e·s y adhèrent.