Toasted Marshmallow : la tendance coloration au nom le plus ridicule de l'année ?

Toasted Marshmallow Hair, la tendance au nom étrange.
Toasted Marshmallow Hair, la tendance au nom étrange.
Pas besoin d'avoir fait l'ENA pour se rendre compte que nos cheveux ne ressembleront jamais à de la bouffe. Alors pourquoi continuer dans cette voix de tendances aux appellations improbables ?
A lire aussi
Icy White, la tendance coloration pour se mettre à l'heure d'hiver
News essentielles
Icy White, la tendance coloration pour se mettre à...

Après Toasted Coconut et Mauve Champagne (respectivement "noix de coco grillée" et "champagne mauve"), on a repéré le Toasted Marshmallow ("marshmallow grillé"), la nouvelle lubie des réseaux qui nous laisse perplexe. Il faut dire qu'on ne comprend pas bien l'idée. Pourquoi donc baptiser sa couleur de cheveux d'après un truc tout dégoulinant, collant et cramé de surcroît ?

A la rigueur, si on était tombée sur une tendance "Barbapapa", on aurait certainement saisi la volonté du coiffeur de travailler une chevelure vaporeuse et rose. Même un balayage "Arlequin" aurait potentiellement pu nous convaincre - les petits mèches de couleurs avaient d'ailleurs la côte dans les années 90 (souvenir ému des mascaras capillaires). Mais marshmallow grillé, ça va légèrement trop loin.

Heureusement pour les intriguées et surtout par souci de grand professionnalisme, on a quand même décidé d'en dire davantage sur le phénomène qui a l'air de séduire tout un tas de personnes sur Instagram.

La couleur s'apparenterait donc à un "marshmallow blanc doucement grillé au feu de camp", d'après Byrdie. On ne sait pas vraiment si l'explication nous donne envie de fuir en courant ou de manger, mais passons.

Jack Howard, ambassadeur Schwarzkopf, explique au site qu'à l'inverse d'un blond classique, la coloration "Toasted Marshmallow" met autant l'accent "sur les mèches claires que sur les parties plus foncées" afin de créer un look avec du relief et de la personnalité.

Une coloration que l'on peut aussi bien adopter sur un blond que sur les pointes d'une chevelure brune. Pour être honnête, dit comme ça, ça nous fait plutôt penser aux pires années d'Avril Lavigne qu'à une sucrerie ramollie. On ne sait pas vraiment quel est le pire mais l'avenir (et notre selfie post-coiffeur) nous le dira.

En attendant, les intéressées peuvent s'inspirer des quelques clichés que l'on a réunis pour vous présenter la tendance un peu plus clairement. Ne nous remerciez pas, dites-nous surtout si l'appeler "blond cendré" n'aurait pas été plus simple que de s'arracher les cheveux à trouver un nom qui ne rime à rien.