Un juge demande à une victime de viol si elle a "fermé les jambes"

Un juge demande à une victime d'agression sexuelle si elle a "fermé les jambes"
Un juge demande à une victime d'agression sexuelle si elle a "fermé les jambes"
Un juge à la Cour supérieure du New Jersey qui avait demandé à une victime de viol si elle avait "fermé les jambes" risque une suspension de 3 mois. Il promet de ne plus poser ces questions à l'avenir, mais insiste sur le fait qu'elles étaient nécessaires.
A lire aussi

En 2016, le Juge de la Cour supérieure du New Jersey John F. Russo Jr. s'occupait d'une affaire dans laquelle une femme demandait une ordonnance restrictive contre le père de son enfant, qu'elle accuse de l'avoir violée et menacée. D'après le procès-verbal, le juge aurait alors demandé à la victime si elle savait "comment faire pour empêcher quelqu'un d'avoir un rapport avec soi".

Si la question semble déplacée et complètement saugrenue, la suite dépasse l'entendement. Le juge lui a fait lister les façons d'éviter une agression, ce à quoi la victime présumée avait répondu, comme l'indique Refinery29, "tenter de blesser physiquement son agresseur, dire non et s'enfuir".

Apparemment peu satisfait de ses réponses, le juge en avait demandé davantage, et quand la victime avait indiqué que c'est "tout ce qu'elle connaît", le magistrat lui avait suggéré : "Bloquer des parties de votre corps ? Fermer les jambes ? Appeler la police ? Avez-vous fait ces choses-là ?".

Des questions qui suggèrent que la victime est en réalité la fautive, puisqu'elle n'aurait pas "tout fait" pour échapper au crime sexuel contre lequel elle exigeait réparation lors de l'audience. Une culpabilisation malheureusement trop récurrente dans les affaires de viol ou d'agressions sexuels, qui rappelle le cas irlandais de l'agresseur acquitté car sa victime portait un string à dentelle, comme l'avait souligné son avocate.

A la suite de cette discussion, le Comité consultatif sur la déontologie judiciaire chargé de l'affaire a affirmé que le juge Russo avait bel et bien violé le Code de déontologie judiciaire en posant des questions de ce genre, un fait qui ne serait pas inédit, comme le rapporte le Washington Post.

L'organisation a également jugé ces interrogations "injustifiées" et "inouïes vu leur potentiel de victimiser à nouveau la plaignante, qui a demandé réparation au tribunal dans des circonstances manifestement difficiles". Selon le rapport du comité, le juge Russo a également rejeté la demande d'ordonnance restrictive de la femme, invoquant ses réponses à ses questions pour justifier sa décision.

Aujourd'hui, il risque 3 mois de suspension. En attendant, Russo s'en tient à sa ligne d'interrogatoire, affirmant qu'il était nécessaire de "démontrer l'élément de force ou de coercition utilisé pendant l'agression". Il nie que les questions étaient inappropriées ; cependant, le comité prétend que Russo a accepté de ne pas poser ce genre de questions à l'avenir. Ce qui est effectivement la moindre des choses.