Pilule 3e génération : l'ANSM rassure les utilisatrices de longue durée

Pilule 3e génération : l'ANSM rassure les utilisatrices de longue durée
Pilule 3e génération : l'ANSM rassure les utilisatrices de longue durée
Alors que la ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé le déremboursement des pilules de troisième génération à partir du 30 septembre 2013, l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) se veut plus rassurante. Elle appelle au maintien de ce type de contraceptif pour les utilisatrices de longue date.
A lire aussi


L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a appelé lundi au maintien des contraceptifs de 3e génération chez les utilisatrices de longue date, alors que la ministre de la Santé a annoncé son déremboursement à partir de septembre 2013.

L’ANSM recommande la prescription de pilule de deuxième génération en première intention, rappelant que les risques de thrombose veineuse sont deux fois plus élevés chez les femmes utilisant une pilule de 3e génération. Le risque est « bien connu, rare, mais grave », indique l’ANSM. Il est en effet attendu chez 0,5 à 1 femme pour 10 000 femmes non-utilisatrices de pilules, 2 femmes pour 10 000 utilisatrices de la 2e génération, et 3 à 4 pour 10 000 utilisatrices des 3e ou 4e générations.

Toutefois, l’ANSM se veut rassurante sur les pilules de 3e génération : « Chez les femmes utilisatrices depuis une longue période d'un contraceptif oral de 3e génération ou d'un contraceptif oral contenant de la drospirénone, ces contraceptifs peuvent être maintenus dans la mesure où aucun facteur de risque connu de thrombose n'a été identifié ».

Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

La pilule dernière génération, dangereuse pour la santé ?
Contraceptifs : une pilule pour homme bientôt disponible
Contraception d'urgence : la pilule du lendemain accessible dans les universités

Plus d'actu sur : Pilule 3e génération : notre dossier spécial

Pilule : les femmes préfèrent désormais le stérilet... et la contraception d'urgence
Diane 35 : la pilule anti-acné de retour sur le marché mais...
Pilule 3G et 4G : une nouvelle étude confirme les risques vasculaires