Pilule de 3e génération : une ligne d'appel pour rassurer les femmes

Pilule de 3e génération : une ligne d'appel pour rassurer les femmes
Pilule de 3e génération : une ligne d'appel pour rassurer les femmes
Depuis mercredi, un numéro Azur a été mis en place pour apaiser les inquiétudes des femmes quant à la prise de contraceptifs. Au bout de la ligne, quatre sages-femmes répondent à toutes leurs questions sur les avantages et les inconvénients des pilules de troisième génération et des autres.
A lire aussi


En plein scandale sur les pilules de troisième génération, et alors que les femmes sont de plus en plus inquiètes quant aux effets indésirables de ce contraceptif, une ligne d’appel a été lancée mercredi matin. Accessible via le numéro Azur (non surtaxé) 0 810 57 54 00 et animée par des professionnels de santé, elle vise à informer le public sur les différentes pilules existantes sur le marché.

Et depuis sa création il y a moins de 24 heures, le service a déjà reçu des dizaines d'appels, « de femmes ou de mères qui s'interrogent pour leurs filles, qui se demandent si leur pilule est de troisième génération, qui sont inquiètes et qui se posent des questions », a indiqué à l'AFP Pascal Gillet, le directeur du centre d'appel privé, Médialane. Et d’ajouter avoir « décidé de lancer ce service, à destination du grand public, parce que nous nous sommes rendus compte qu'il n'y avait pas de ligne d'information pour la pilule, alors que de nombreuses questions se posent après les récentes polémiques ».

0 810 57 54 00 : un numéro d’informations, non de prescription

Ainsi, ce sont quatre sages-femmes qui répondent aux appels des patientes, leur « expliquant les avantages et les inconvénients de la pilule » et les « interrogeant sur leur âge, leurs antécédents ». Une initiative bienvenue, d’autant que la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a récemment appelé les femmes à vérifier le type de pilule prise et à voir « comment elles pourront, le cas échéant, faire évoluer leur contraception » lors de leur prochaine consultation gynécologique.

À noter que cette ligne d’appels, « d'information et non de prescription », devrait être ouverte pendant 15 jours. Toutefois, Pascal Gillet confie « avoir des contacts avec le ministère de la Santé ou l'Institut national de veille sanitaire, et espère la pérenniser ».

VOIR AUSSI

Contraception : les anneaux et les patchs aussi dangereux que la pilule 3e génération ?
Pilule de 4e génération : Bayer attaqué en Suisse et aux États-Unis
L'ANSM appelle les médecins à privilégier la pilule de 2e génération
Contraception : deux décrets en préparation pour faciliter l'accès à la pilule

Plus d'actu sur : Pilule 3e génération : notre dossier spécial

Pilule : les femmes préfèrent désormais le stérilet... et la contraception d'urgence
Diane 35 : la pilule anti-acné de retour sur le marché mais...
Pilule 3G et 4G : une nouvelle étude confirme les risques vasculaires